Publicité
La bourse ferme dans 5 h 15 min
  • CAC 40

    8 085,77
    -16,56 (-0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 016,52
    -21,08 (-0,42 %)
     
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0838
    +0,0020 (+0,18 %)
     
  • Gold future

    2 339,00
    +1,80 (+0,08 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 189,83
    -2 150,41 (-3,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 416,56
    -51,54 (-3,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,25
    -0,62 (-0,81 %)
     
  • DAX

    18 616,37
    -74,95 (-0,40 %)
     
  • FTSE 100

    8 307,86
    -31,37 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2716
    +0,0018 (+0,14 %)
     

La Bourse de Paris perd 0,88% et commence le mois de mai sous la barre des 8.000 points

La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris (ERIC PIERMONT)

La Bourse de Paris a reculé de 0,88% jeudi, plombée par un repli de TotalEnergies et Stellantis, qui ont éclipsé l'optimisme ambiant des marchés après les déclarations du président de la banque centrale américaine.

L'indice vedette CAC 40 a terminé en retrait de 70,28 points à 7.914,65 points, au lendemain d'un jour férié. Mardi, il avait reculé de 0,99%, affichant un bilan mensuel négatif (-2,69%) pour la première fois depuis octobre.

La cote parisienne a réagi jeudi aux annonces à l'issue de la réunion de la banque centrale américaine (la Fed), qui a laissé ses taux directeurs inchangés.

PUBLICITÉ

"On avait des raisons d'avoir un peu peur", souligne David Kruk, responsable du trading de La Financière de l'Echiquier, compte tenu des dernières statistiques aux Etats-Unis qui ont montré que l'économie reste vigoureuse et que l'inflation a légèrement rebondi.

Le président de l'institution Jerome Powell a néanmoins jugé "peu probable que le prochain mouvement sur les taux soit une hausse", la politique monétaire étant selon lui et ses collègues "suffisamment restrictive" sur la durée.

Ces déclarations ont "plutôt rassuré" les marchés, conclut David Kruk, même si "la première baisse des taux sera plus lointaine que prévu", un paramètre cependant "déjà bien anticipé par le marché".

Sur le marché obligataire, les taux d'intérêt des Etats soufflaient un peu: le taux d'intérêt de l'emprunt français à 10 ans, l'échéance qui fait référence, reculait pour tomber à 3,02% contre 3,05% mardi à la clôture.

Les marchés ont par ailleurs reçu un nouveau lot de résultats d'entreprises à scruter.

Stellantis délaissé

L'action du constructeur automobile Stellantis a encore reculé de 4,34% à 19,97 euros après une chute de 10% mardi dans le sillage de ses résultats d'entreprises. La conjoncture économique est moins porteuse pour le secteur automobile qui a vu ses ventes ralentir.

Le titre qui affichait une hausse de plus de 25% sur le premier trimestre a rendu tous ses gains en un mois et accuse désormais un repli de 5,5% depuis le 1er janvier.

L'Etat veut retenir TotalEnergies

L'action du groupe TotalEnergies a reculé de 2,54% à 66,85 euros, pénalisé par un repli d'environ 6% des prix du pétrole depuis le début de la semaine.

Le ministre français de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire a déclaré jeudi qu'il comptait se battre pour que la cotation principale du groupe reste à Paris. Le PDG de TotalEnergies Patrick Pouyanné a indiqué vendredi réfléchir à déménager sa cotation principale à New York pour se rapprocher des investisseurs nord-américains.

Euronext CAC40

jvi/asl/pta