Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 785,09
    +31,27 (+0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 492,41
    +24,30 (+1,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Propriétaires d’un logement insalubre, ils doivent rembourser 33 000 euros à leurs locataires

© pixabay

La Cour administrative d'appel de Versailles a confirmé la décision obligeant les propriétaires d'un logement insalubre à Savigny-sur-Orge (Essonne) à couvrir les frais de relogement de leurs locataires, estimés à 33 000 euros. L'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France avait réalisé deux inspections, révélant que le logement, loué 700 euros par mois, était «impropre à l'habitation et insalubre». Par un arrêté publié le 28 février 2024, le préfet avait enjoint aux propriétaires «d'assurer le relogement de ses occupants» dans un délai de deux mois, conformément au code de la santé publique, rapporte Actu.fr Essonne le 28 avril.

Le logement appartient à une famille de Cergy (Val d'Oise), organisée en société civile immobilière (SCI). L'appartement avait été loué de janvier 2010 à juin 2015 par un couple et ses deux enfants avant que l'ARS n'interdise sa location. Le Trésor public avait ensuite émis «un titre de perception», obligeant les propriétaires du logement à rembourser les 33 000 euros de frais d'hôtel que les locataires avaient engagés suite au changement de statut du bien.

La société civile immobilière (SCI) propriétaire du logement avait tenté de contester les frais de relogement, invoquant des loyers impayés par les locataires. Néanmoins, le tribunal administratif de Versailles a rejeté leur requête, soulignant l'obligation légale des propriétaires d'assurer le relogement des occupants dans de telles circonstances.

Malgré les arguments avancés par la SCI, la cour (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : un manoir mis en vente via un jeu concours pour la somme de… 10 euros
Pensez à MaPrimeRénov’ Copropriété pour vos travaux de rénovation énergétique
HLM : vers un supplément pour 120 000 ménages supplémentaires ?
Encadrement des loyers : ce qu’il a fait gagner aux locataires parisiens depuis sa mise en place
Propriétaire, vous cherchez à limiter les charges de votre résidence secondaire ? Racontez-nous !