Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 635,42
    -805,00 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 401,85
    -16,03 (-1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Les prix de l’électricité vont-ils encore augmenter en 2024 ?

C’est une petite phrase qui a enflammé les esprits. La présidente de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) Emmanuelle Wargon a déclaré, lors d’une conférence de presse jeudi dernier, qu’une hausse théorique “de l’ordre de 10 à 20%” du tarif réglementé de l’électricité serait à prévoir au 1er février 2024. Le ministre de l’Economie Bruno Lemaire a ensuite démenti, avant que la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher assure finalement, à l’antenne de Europe 1 et Cnews, que l’augmentation n’excèderait pas 10% sur l’ensemble de l’année 2024. On essaye d’y voir un peu plus clair avec Nicolas Goldberg, consultant spécialiste de l’énergie chez Colombus Consulting.

Capital : Est-ce qu’il y a eu un cafouillage de communication au sujet des prix de l’électricité ?

Nicolas Goldberg : Je dirais qu’il y a peut-être eu un excès de transparence de la part de la CRE et un manque de préparation à la façon dont cela pourrait être interprété dans les médias. Mais si on reprend les déclarations d’Emmanuelle Wargon, elle dit bien qu’il s’agit d’une hausse à partir d’un calcul théorique de ce que serait le prix payé par les Français sans le bouclier tarifaire. Au gouvernement de décider ensuite s’il compense plus ou moins.

Mais doit-on s’attendre effectivement à une augmentation ?

PUBLICITÉ

La vérité, c’est qu’on ne le sait pas pour le moment. Ce tarif réglementé est revu deux fois par an, en février et en août. Pour février, on saura ce qu’il en est à la toute fin de l’année. Cela (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite