La bourse ferme dans 6 h 57 min
  • CAC 40

    6 636,64
    -10,67 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 920,26
    -1,01 (-0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 781,48
    +183,56 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0551
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 803,20
    +1,70 (+0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    16 322,48
    +261,86 (+1,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,04
    +11,36 (+2,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,63
    +0,17 (+0,24 %)
     
  • DAX

    14 292,24
    +27,68 (+0,19 %)
     
  • FTSE 100

    7 465,53
    -6,64 (-0,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 082,00
    +123,45 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 963,51
    +29,59 (+0,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2240
    +0,0003 (+0,02 %)
     

La présence de rats dans une école maternelle pousse les parents à retirer leurs enfants

Pixabay

Dans l'école maternelle Camus de Besançon, dans le Doubs, les rats sèment la discorde, raconte France 3 Bourgogne Franche-Comté. Et pour cause, malgré des alertes depuis des semaines, un nouveau rat a été aperçu et a traversé la salle d'accueil. Par conséquent, la direction de l'établissement a convoqué les parents et leur a laissé le choix de laisser ou non leurs enfants à l'école, explique un père de famille. Au final, 65 des 75 enfants scolarisés sont rentrés chez eux, une manière de dénoncer la situation dans l'établissement alors que les services de mairie sont au courant depuis plusieurs mois.

Une galère pour les parents qui peuvent se débrouiller pendant un jour ou deux, "mais il ne faudrait pas que la situation se poursuive", témoigne une autre mère de famille. Pourtant, côté municipalité, pas de quoi dramatiser, au contraire. Interrogée, l'adjointe de la Ville en charge de l'éducation refuser de "fermer l'établissement" et ajoute même : "Il faut garder la tête froide. C'est une bestiole qui fait peur et qui déclenche des réactions irrationnelles". Pas d'urgence donc pour elle, qui parle de "phobies" et réfute le "danger". "On ne ferme pas une école pour un rat", assène-t-elle enfin.

Pourtant, le père de famille interrogé, lui, n'est pas "rassuré" quand il sait que "des rats passent dans la salle de sieste de [ses] enfants". Face au tollé, les services de la mairie sont intervenus ce mardi 15 novembre, ont installé des pièges à rats, une solution à "court terme", et la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

JO 2024 : la Ville de Paris refuse de laisser tous les commerces ouvrir le dimanche
Métavers : “La France doit l'expérimenter avant de prétendre le réguler”
Un élève handicapé incapable d'aller à la cantine, car son accompagnant n'est plus rémunéré le midi
Chine : chute inédite des prix de l'immobilier
Comment mesurer l'impact carbone de l'IA ? Cette start-up pense avoir trouvé la solution