Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 117,37
    +46,30 (+0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Pourquoi le secteur de l’immobilier traverse une crise profonde ?

Adobe Stock

Ce n’est une surprise pour personne : le secteur de l’immobilier va mal. Et depuis déjà plusieurs mois. Comme le rapporte Radio Classique, les fluctuations du marché témoignent de passages mécaniques d’un cycle à un autre. Ce qui explique donc pourquoi le logement traverse régulièrement des périodes de récession. Mais ces derniers temps, entre l’inflation, l’explosion des taux d’intérêts et la baisse timide des prix des biens, rien ne va et le secteur traverse une crise profonde.

En effet, les ménages comme les petites entreprises financent bien souvent l’immobilier grâce aux crédits. De fait, plus les taux augmentent, plus le remboursement des dettes immobilières enfle, et la moindre baisse des revenus se ressent donc sur la diminution des ventes. La conjoncture économique nationale est aussi un facteur essentiel : lorsque le taux de chômage augmente, les difficultés de remboursement s’accumulent et les banques qui ont accepté les prêts peinent à avancer. Aussi, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a publié le 17 novembre dernier les chiffres de son observatoire du troisième trimestre pour l’immobilier neuf sur l’ensemble du territoire national et l’état des lieux est sans appel.

Et ce n’est pas la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) qui dira le contraire. «Le quadruplement des taux d’intérêt en deux ans a eu raison de la dynamique du marché. Le nombre de ventes de logements anciens baisse nettement à 955 000 ventes sur douze mois à fin août 2023 (soit -17% (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Crédit immobilier : des taux à 3% d’ici fin 2024 ?
Immobilier : ces villes où les recherches de biens à vendre augmentent le plus
Cette maison en apparence «parfaite» cachait de nombreuses malfaçons
Location : les avantages indéniables qu'offre le bail notarié aux propriétaires ?
Pourquoi Georges Clooney adresse ses vœux à une commune du Var