Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 235,20
    +845,57 (+1,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 377,44
    +46,55 (+3,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Bourse : Crédit Agricole, BNP Paribas, SG… le choc sur les banques est-il une opportunité ?

Bourse : Crédit Agricole, BNP Paribas, SG… le choc sur les banques est-il une opportunité ?

Crédit Agricole, BNP Paribas, Société générale (SG)... Nos banques ont beaucoup souffert en Bourse du choc de la dissolution de l'Assemblée nationale et de la tenue d’élections législatives anticipées porteuses de risques majeurs. «Les banques françaises sont soumises au risque politique», note Catherine Garrigues, responsable de la gestion Actions Europe Conviction chez Allianz Global Investors. En effet, une fois la dissolution de l’Assemblée nationale annoncée par Emmanuel Macron, l’écart entre les taux à 10 ans de la France et de l’Allemagne (mesure du risque perçu sur la situation de l’Hexagone) s’est envolé, les investisseurs redoutant alors la possible arrivée au pouvoir de partis aux programmes économiques très dépensiers.

Du coup, les craintes de tensions fortes sur le taux à 10 ans de la France et de faiblesse de l'économie tricolore ont pesé sur les cours de Bourse des banques. En effet, les banques françaises sont davantage exposées que les autres établissements financiers européens à la trajectoire de l’activité économique, explique Catherine Garrigues. Et une hausse marquée des taux à long terme se traduirait par une dévalorisation notable des avoirs massifs des banques tricolores en obligations d’Etat.

Les investisseurs en actions redoutent aussi la possible mise en place d’une taxe sur les profits des banques en France, à l’instar de ce qui s’est passé en Europe du Sud. Les actionnaires des banques françaises “ont peur de ce scénario. Déjà, en Espagne, une taxe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Amazon : les chiffres fous d'une success story de 30 ans
Bourse : le CAC 40 attend au tournant les chiffres de l’emploi aux États-Unis
Alstom décroche une commande de 28 rames de tramways auprès d’Île-de-France Mobilités
Samsung s’attend à une explosion des profits, dopés par les puces et l’IA générative
Carrefour : les franchisés remettront-ils en question un des piliers du modèle économique ?