La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 553,86
    +9,19 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 776,81
    +19,76 (+0,53 %)
     
  • Dow Jones

    33 618,33
    +281,66 (+0,84 %)
     
  • EUR/USD

    1,0267
    -0,0058 (-0,56 %)
     
  • Gold future

    1 814,40
    +7,20 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    23 395,07
    -472,71 (-1,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    570,65
    -0,63 (-0,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    92,56
    -1,78 (-1,89 %)
     
  • DAX

    13 795,85
    +101,34 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 500,89
    +34,98 (+0,47 %)
     
  • Nasdaq

    12 972,55
    +192,63 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    4 256,44
    +49,17 (+1,17 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,98
    +727,65 (+2,62 %)
     
  • HANG SENG

    20 175,62
    +93,19 (+0,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,2140
    -0,0062 (-0,51 %)
     

Pourquoi les congés locatifs explosent et inquiètent en Ile-de-France

Le phénomène est alarmant en Ile-de-France, peut-être encore plus à Paris : de plus en plus de Franciliens reçoivent des congés locatifs. De quoi inquiéter les associations, à commencer par Droit au logement (DAL) ou encore l'Adil, l'Agence départementale pour l'information sur le logement, indique Le Parisien. Pourquoi ? Parce que selon cette dernière, quasiment un dossier sur cinq ne serait pas réglementaire. En menant une enquête auprès de 200 locataires ayant reçu un congé, elle s'est rendu compte que les irrégularités sont nombreuses : lettre simple au lieu de recommandé, dépassement du délai de préavis, absence de la notice d’information jointe au congé ou de notification à tous les signataires du bail, selon l’Adil.

Surtout, il y a un profil de locataires qui se dégage. Des retraités ou des personnes qui se trouvent dans les appartements depuis de nombreuses années et qui bénéficient parfois de gels de loyers, constate la DAL. Selon les statistiques établies par l'Adil, plus de quatre locataires sur dix sondés sont dans leur appartement depuis plus de 20 ans. C'est le cas d'une sexagénaire interrogée par nos confrères, ancienne gouvernante, qui ne touche que 600 euros par mois. Elle s'est vue notifier un départ par son propriétaire (le troisième en vingt ans) qui veut y placer son fils pilote de ligne. Une hérésie pour elle, alors qu'elle vit dans seulement 19 m². Sous le coup d'un huissier, un départ serait une catastrophe pour elle, au vu des prix du marché parisien. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Travaux de rénovation énergétique : les règles assouplies pour les locataires
Résidence secondaire : le top 10 des villes où les taxes d’habitation sont les plus et les moins élevées
Comment la famille PAP résiste au Boncoin et à SeLoger
Encadrement des loyers : le risque d’un nouveau tour de vis
Travaux : mon artisan auto-entrepreneur est-il bien couvert en cas d’accident ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles