La bourse ferme dans 7 h 47 min
  • CAC 40

    5 662,96
    -90,86 (-1,58 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 271,02
    -57,63 (-1,73 %)
     
  • Dow Jones

    29 134,99
    -125,82 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    0,9567
    -0,0031 (-0,33 %)
     
  • Gold future

    1 624,70
    -11,50 (-0,70 %)
     
  • BTC-EUR

    19 601,86
    -1 721,36 (-8,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    428,74
    -30,40 (-6,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,11
    -1,39 (-1,77 %)
     
  • DAX

    11 929,84
    -209,84 (-1,73 %)
     
  • FTSE 100

    6 844,86
    -139,73 (-2,00 %)
     
  • Nasdaq

    10 829,50
    +26,58 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    3 647,29
    -7,75 (-0,21 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • HANG SENG

    17 241,82
    -618,49 (-3,46 %)
     
  • GBP/USD

    1,0680
    -0,0051 (-0,48 %)
     

Plusieurs centaines de livreurs manifestent à Paris contre Uber Eats

PIXABAY

Plusieurs centaines de manifestants, pour beaucoup sans-papiers, ont défilé ce lundi 12 septembre entre la place de la République et le siège français d'Uber Eats, pour dénoncer les récentes déconnexions de 2.500 comptes frauduleux décidées par le spécialiste de la livraison de repas à domicile. La police a indiqué avoir compté 350 manifestants, tandis que les organisateurs en ont recensé 500.

"J'ai été déconnecté il y a deux semaines, j'ai travaillé pendant tout le confinement, je demande à Uber de me mettre en règle afin que je puisse travailler librement", a déclaré Osseni Koné, un Ivoirien de 34 ans qui travaillait pour Uber Eats depuis 2019. Comme lui, de nombreux coursiers regrettent ces déconnexions de comptes "brutales" après plusieurs années à travailler pour l'entreprise américaine. "On a été déconnectés de manière barbare, tout ce qu'ils ont dit c'est 'document frauduleux'", déplore un livreur ivoirien qui préfère conserver l'anonymat et qui présente un taux de satisfaction de 99% sur l'application après un an de livraison pour Uber Eats.

Uber répond que ces nombreuses désactivations sont la conséquence d'un audit diligenté après la signature d'une "charte" avec le gouvernement pour "harmoniser les pratiques de contrôle entre plateformes", afin de lutter contre la sous-location irrégulière des comptes de livreurs. Les 60.000 comptes actifs ont donc été audités "par un prestataire externe" qui a identifié 2.500 profils considérés comme frauduleux.

Tous les livreurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le CAC 40 dans l'attente des chiffres de l'inflation aux États-Unis, la chute des prix du gaz en soutien
Stuart : la plateforme de livraison soupçonnée de recourir au travail au noir
Guerre en Ukraine : l'utilité des technologies dans un conflit démontrée, selon l'ex-PDG de Google
La fusée Blue Origin s'écrase après son décollage, sans faire de blessés
SpaceX n'aura pas besoin de lancer 42.000 satellites pour Starlink, affirme une dirigeante du groupe