Publicité
La bourse ferme dans 4 h 18 min
  • CAC 40

    7 944,72
    -100,39 (-1,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 917,74
    -66,74 (-1,34 %)
     
  • Dow Jones

    37 735,11
    -248,13 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0632
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    2 387,50
    +4,50 (+0,19 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 018,52
    -3 503,52 (-5,60 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,03
    -0,38 (-0,44 %)
     
  • DAX

    17 774,82
    -251,76 (-1,40 %)
     
  • FTSE 100

    7 849,25
    -116,28 (-1,46 %)
     
  • Nasdaq

    15 885,02
    -290,08 (-1,79 %)
     
  • S&P 500

    5 061,82
    -61,59 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    38 471,20
    -761,60 (-1,94 %)
     
  • HANG SENG

    16 248,97
    -351,49 (-2,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,2449
    +0,0003 (+0,02 %)
     

Pierre Gagnaire : connaissez-vous ce chef multi-étoilé et multi-propriétaire ?

JOEL SAGETAFP

Le chef gastronomique français Pierre Gagnaire a fait son apparition dans la brigade cachée de «Top chef», mercredi 20 mars. Et il a ravi les fans… En témoignent de nombreux commentaires postés sur le réseau social d’Elon Musk, X. Il faut dire que son parcours a de quoi en impressionner plus d’un.

Le curriculum vitæ exposé en vitrine sur son site en dit long. Après un stage d’été chez Paul Bocuse en 1965, il a fait ses armes en apprentissage dès 16 ans chez «Juliette» à Lyon. Le futur chef enchaîne les rôles de commis, avant de traverser l’Amérique en stop, dix ans plus tard.

C’est en rentrant de voyage à 26 ans, en 1976, qu’il est contraint de reprendre le restaurant une étoile de son père, le «Clos Fleuri», près de Saint-Etienne. Mais il n’aime ni l’ambiance de travail de ses années d’apprentissage, ni cette obligation familiale, confiait-il à France Inter en décembre : «je n'aimais pas mon métier au début».

Il se tourne alors vers une cuisine plus créative et expérimentale en ouvrant son premier restaurant à Saint-Etienne en 1983, grâce auquel il décroche trois étoiles. «Je ne sais pas ce que j’ai mangé, mais c’était foutrement bon», commente le réalisateur américain Samuel Fuller, l’année de son ouverture, dans Libération.

PUBLICITÉ

Paul Gagnaire s’installe à Paris en 1997, où son restaurant éponyme, rue Balzac, cumule toujours trois étoiles au Guide Michelin. Le chef exporte ensuite sa cuisine à l’étranger, à Londres en 2002, en ouvrant «Sketch». Et les étoiles n’en finissent plus (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Entrepreneuriat : de Tokyo à la Côte d'Azur, la success story de Jennifer Court et son co-cooking
LVMH : le directeur général délégué et président du comité exécutif remplacé
SFR s’enlise et continue de perdre des abonnés
ADP : Borne, Castex et les autres potentiels successeurs d’Augustin de Romanet
Hermès accusé de pratiques commerciales déloyales et traîné en justice aux États-Unis