Publicité
Marchés français ouverture 19 min
  • Dow Jones

    38 852,86
    -216,74 (-0,55 %)
     
  • Nasdaq

    17 019,88
    +99,08 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0855
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    18 492,92
    -328,24 (-1,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 136,23
    +619,26 (+0,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 449,81
    -34,88 (-2,35 %)
     
  • S&P 500

    5 306,04
    +1,32 (+0,02 %)
     

PIB, inflation : l'Insee dévoile ses nouvelles prévisions

Vue du ministère de l'Économie et des Finances à Bercy (photo d'illustration).  - Credit:Xavier Francolon/SIPA / SIPA / Xavier Francolon/SIPA
Vue du ministère de l'Économie et des Finances à Bercy (photo d'illustration). - Credit:Xavier Francolon/SIPA / SIPA / Xavier Francolon/SIPA

Timide mais tenace. La croissance française s'est établie à 0,2 % entre janvier et mars 2024 en France, d'après les premières estimations réalisées par l'Insee. L'institut statistique prévoyait initialement une stagnation du produit intérieur brut (PIB) sur cette période, tandis que l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) tablait sur une augmentation de 0,1 % et que la Banque de France avait anticipé cette hausse de 0,2 point.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, s'est rapidement félicité des résultats de la croissance sur X. «  À tous ceux qui veulent faire croire que notre économie est à l'arrêt : les faits sont têtus. La croissance française progresse. C'est un nouveau signe qui traduit la solidité de notre économie. La stratégie du gouvernement est payante », a-t-il déclaré.

Déficit public important

Ces chiffres sont une bouffée d'air frais pour le locataire de Bercy, en place depuis la première élection d'Emmanuel Macron en 2017 et de plus en plus contesté pour sa gestion des finances de l'État. En mars 2024, l'Insee avait révélé que le déficit public du pays s'élevait à 5,5 % du PIB pour l'année passée, bien plus que les 4,9 % envisagés par le gouvernement.

En février, l'exécutif avait déjà revu à 1 % sa perspective de croissance pour cette même année 2023 au lieu des 1,4 % initialement attendus. Dans la foulée, Bercy avait annoncé dix milliards d'euros d'économie sur le budget de l'État. Le 16 avril dernier, le Fonds moné [...] Lire la suite