La bourse ferme dans 3 h 28 min
  • CAC 40

    6 481,17
    -8,83 (-0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 713,20
    -2,17 (-0,06 %)
     
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0261
    +0,0043 (+0,42 %)
     
  • Gold future

    1 807,70
    -4,60 (-0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    22 540,64
    -334,23 (-1,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    538,00
    -19,35 (-3,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,95
    -1,55 (-1,71 %)
     
  • DAX

    13 557,71
    +22,74 (+0,17 %)
     
  • FTSE 100

    7 490,65
    +2,50 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    19 610,84
    -392,60 (-1,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2126
    +0,0049 (+0,41 %)
     

Elle perd son job après avoir annoncé son confortable salaire sur TikTok

Une utilisatrice du réseau social TikTok a été licenciée par son entreprise après avoir parlé d’une hausse de salaire dans ses vidéos.

C’est le genre de mésaventure que peuvent entraîner les réseaux sociaux. Une jeune femme de Denver s’est fait licencier de son nouvel emploi, après avoir partagé des vidéos sur son compte TikTok, ce qui n’a pas plu à son employeur, nous apprend Insider.

Lexi Larson voulait partager une nouvelle réjouissante. La jeune femme est passée d’un salaire de 70.000 dollars à l’année dans une agence de marketing à 90.000 dollars pour un poste dans une entreprise dans le secteur technologique. Elle a donc posté des vidéos sur le réseau social en abordant ses habitudes à Denver, mais également sur la manière dont elle a pu obtenir ce nouveau job et ces 20.000 dollars supplémentaires sur son salaire.

Un partage qui n’a pas été du goût de son nouvel employeur qui a fait savoir son mécontentement à la jeune femme. Pourtant, celle-ci n’a violé aucune loi ou clause de contrat. La tiktokeuse était même en réalité protégée au niveau fédéral par le National Labor Relations Act qui lui permettait de parler librement de son salaire. La jeune femme a tout de même supprimé les vidéos, mais cela n’a pas suffi à empêcher son licenciement deux jours après en avoir discuté avec son entreprise.

Comme le souligne une experte au journal USA Today, ce n’est pas la première fois que des entreprises surveillent leurs employés sur les réseaux sociaux : « Une entreprise a un intérêt énorme à s’assurer que vous ne vous livrez pas à des déclarations discriminatoires, à la divulgation de secrets commerciaux, à des menaces (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - 5 choses à savoir sur TikTok

Projet de loi sur le pouvoir d'achat : les principales mesures proposées par le gouvernement
Pétrole : la Libye lève son blocus sur d'importants sites
Wikileaks : un ancien informaticien de la CIA reconnu coupable d'avoir fourni des outils de cyberespionnage
Bonne nouvelle pour les détenteurs d’un Livret A, quand retourner au bureau après un test positif ? Le flash éco du jour
Elle mise 5 euros au poker, gagne le jackpot et quitte son travail

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles