La bourse ferme dans 4 h 41 min
  • CAC 40

    7 166,50
    +34,15 (+0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 228,75
    +19,44 (+0,46 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    +0,0013 (+0,12 %)
     
  • Gold future

    1 895,20
    +10,40 (+0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    21 563,17
    +7,20 (+0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,63
    +8,67 (+1,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,87
    +0,73 (+0,95 %)
     
  • DAX

    15 434,14
    +113,26 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 922,30
    +57,59 (+0,73 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2095
    +0,0043 (+0,36 %)
     

Pass Navigo : des usagers débités plusieurs fois à cause d'un "souci technique"

Nicolas Sandanassamy/Capital

À peine la nouvelle année commencée, déjà une polémique pour Île-de-France Mobilités (IDFM) qui gère les titres de transport des usagers franciliens. Comme la Région, Valérie Pécresse en tête, l'avait annoncé au mois de décembre, le tarif de l'abonnement mensuel du pass Navigo est passé de 75,20 € à 84,10 € au 1er janvier 2023. Une augmentation de 12 % qui avait déjà eu du mal à passer dans un contexte de service très perturbé, mais le "souci technique" rencontré par IDFM n'a fait que raviver les tensions. Car comme le relaie Libération, des milliers d'usagers ont été prélevés plusieurs fois de la somme de leur abonnement mensuel.

Sur les quatre millions d'usagers, des milliers ont été ponctionnés à deux, trois, quatre, six, voire neuf reprises, de la somme de 84,10 €, soit plus de 756 €. Le pire dans l'histoire, c'est que certains usagers ne pouvaient même plus emprunter les transports, puisque le bug sur l'application ne permettait pas d'activer le pass. Très rapidement, en début de matinée, le compte Twitter dÎle-de-France Mobilités a reconnu qu'un "souci technique sur l'application" avait eu lieu et que toutes les "équipes travaillaient à sa résolution dans les plus brefs délais".

Sur les réseaux sociaux, quelle ne fut pas la colère d'usagers débités à plusieurs reprises : "Accessoirement vous me mettez dans la merde financièrement, je viens de sortir 253 euros et je n’ai pas de titres de transport valable", râle une femme. "Après sept essais infructueux qui indiquaient que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prélèvement à la source : pourquoi votre taux a été modifié au 1er janvier ?
Dans quel cas un professionnel peut être considéré comme un consommateur ?
Les placements qui vont rapporter en 2023 et ceux à éviter
Crowdfunding : des rendements au sommet, pour l’immobilier et les prêts verts
Arnaques : des escrocs se font passer pour votre région ou votre département