Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 710,34
    +24,01 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 483,35
    +15,25 (+1,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Partage de données médicales : Que Choisir demande à l'UE de revoir sa copie

NINENII / Adobe Stock

L'organisation française de consommateurs Que Choisir et plusieurs de ses homologues européennes demandent à l'UE de tempérer ses ambitions en matière de partage transfrontalier des données de santé, dans un souci de respect de la vie privée. Une proposition législative européenne prévoit la construction d'un "espace européen des données de santé", qui permettrait notamment à chaque Européen de partager ses données de santé avec ses soignants, où qu'il se trouve en Europe. "Si l'utilité d'un tel dispositif est parfaitement compréhensible (accéder au dossier d'un patient inconscient accueilli aux urgences lors d'un séjour à l'étranger par exemple), elle ne doit pas pour autant masquer les risques de partage de données sensibles", estiment Que Choisir et sept autres associations de consommateurs au sein du Beuc (Bureau européen des associations de consommateurs).

Compte-tenu de ces risques, il est nécessaire que les Européens donnent "un consentement explicite" au partage de leurs données avec les soignants d'autres pays européens, estiment les associations. Dans la proposition de législation actuelle, "trop permissive", le consentement est implicite: le consommateur peut s'opposer au partage transfrontalier de ses données, mais c'est à lui de cocher la bonne case. Par ailleurs, la proposition de législation doit être encore plus restrictive lorsqu'il s'agit de partager ses données avec des tiers qui ne sont pas ses soignants, et notamment des entreprises privées, estiment les associations. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Influenceurs : des pratiques commerciales trompeuses dans 60% des contrôles de la DGCCRF
Voici la somme que pourrait engranger Liverpool grâce à l'Eurovision
Pourquoi la déclaration des biens immobiliers tombe très mal, le dérapage des cités de la gastronomie… Le flash éco du jour
Coupe de France de football : il pronostique le score final sur Twitter, le TFC le récompense
Réforme des retraites : une nouvelle journée de mobilisation organisée par l'intersyndicale