Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0823
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 045,80
    +15,10 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 208,89
    +143,50 (+0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,57
    -2,04 (-2,60 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Pénurie de médicaments : forte hausse des signalements de ruptures ou risques de ruptures de stock en 2023

Pixabay

Faut-il craindre de manquer de médicaments ? Selon un bilan de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), publié vendredi 26 janvier, les difficultés d’approvisionnement de médicaments se sont encore aggravées en 2023 en France. L’ANSM a enregistré une forte hausse des signalements de ruptures de stock et de risques de ruptures de stock, avec 4 925 déclarations, contre 3 761 signalements en 2022 et 2 160 en 2021.

Et «toutes les classes de médicaments sont concernées par les ruptures de stock ou les risques de ruptures», souligne l’ANSM. L’agence précise également que, parmi les médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM), les médicaments cardio-vasculaires, les médicaments du système nerveux, les anti-infectieux et les anti-cancéreux sont plus particulièrement représentés. Concernant l’antibiotique le plus courant, l’amoxicilline, l’ANSM constate «depuis quelques semaines une amélioration progressive de l’approvisionnement» des pharmacies et des grossistes répartiteurs «sur l’ensemble du territoire, en particulier sur les présentations pédiatriques».

40 % de ces signalements en 2023 ont «nécessité des mesures pour garantir la couverture des besoins des patients : contingentement quantitatif, qualitatif ou encore importations de médicaments similaires provenant d’autres pays». Selon l’ANSM, ces ruptures ou risques de ruptures de stock de médicaments ont des origines multifactorielles : difficultés survenues lors de la fabrication des matières (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Agriculteurs en colère : pourquoi les enseignes Leclerc sont-elles prises pour cible ?
EN DIRECT - Manifestation des agriculteurs : «un siège de la capitale dès lundi pour une durée indéterminée» annoncé par les syndicats
Jérôme Bayle : le rôle décisif de cet éleveur de bovins devenu porte-voix de la colère paysanne
Agriculteurs en colère : taxe sur le GNR, simplification des normes... les annonces de Gabriel Attal
Agriculteurs en colère : les 10 «mesures de simplification immédiates» de Gabriel Attal