La bourse ferme dans 2 h 7 min
  • CAC 40

    6 663,51
    -24,28 (-0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 926,49
    -12,70 (-0,32 %)
     
  • Dow Jones

    33 596,34
    -350,76 (-1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0533
    +0,0064 (+0,61 %)
     
  • Gold future

    1 789,00
    +6,60 (+0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    16 012,27
    -270,97 (-1,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    395,71
    -6,09 (-1,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    74,21
    -0,04 (-0,05 %)
     
  • DAX

    14 291,08
    -52,11 (-0,36 %)
     
  • FTSE 100

    7 515,01
    -6,38 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,89
    -225,05 (-2,00 %)
     
  • S&P 500

    3 941,26
    -57,58 (-1,44 %)
     
  • Nikkei 225

    27 686,40
    -199,47 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    18 814,82
    -626,36 (-3,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2209
    +0,0076 (+0,63 %)
     

Vers une pénurie de gaz pour l'hiver 2023-2024, alerte l'Agence internationale de l'énergie

Pixabay

"Pas au bout de ses peines", l'Europe risque de manquer de gaz pour l'hiver 2023-24, alerte jeudi 3 novembre l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui appelle les gouvernements à "agir immédiatement" notamment pour réduire la demande. Quelque 30 milliards de mètres cubes de gaz pourraient bien manquer l'an prochain, en cas d'arrêt complet des livraisons venues de Russie mais aussi du fait du rebond économique de la Chine qui viendrait absorber une large part du gaz naturel liquéfié (GNL), estime dans ses calculs l'AIE, créée par l'OCDE en 1974 pour conseiller les pays en matière énergétique. Les réserves européennes ne seraient alors plus remplies qu'à 65% au début de l'hiver 2023-2024, contre 95% aujourd'hui, a indiqué son directeur Fatih Birol à quelques journalistes lors d'une conférence de presse en ligne.

"Le 'coussin' fourni par les niveaux de réserve actuels, de même que la baisse récente des prix du gaz et les températures inhabituellement douces, ne devraient pas conduire à des conclusions trop optimistes quant à l'avenir", met en garde l'AIE, qui souligne qu'à l'été 2023 les conditions géopolitiques et économiques mondiales pour s'approvisionner et remplir les réserves devraient avoir bien changé par rapport à 2022. Le remplissage des réserves a profité cet été de "facteurs-clé qui pourraient bien ne pas se répéter en 2023". A commencer par la position de la Russie, dont les gazoducs ont livré cette année des quantités quasiment normales au premier semestre, avant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Enfants, diabète, asthme… voici les nouveaux services du carnet de santé numérique
Le lancement de la ligne Toulouse-Lisbonne se transforme en 48 heures de galère pour des passagers d'Easyjet
Il remporte le jackpot au Loto mais ne le dit pas à sa famille pour une drôle de raison
Plus de 23.000 euros : cette commerçante reçoit une facture d'électricité exorbitante
Covid-19 : le suivi de l’épidémie impossible à cause de la grève des labos