La bourse ferme dans 2 h 27 min
  • CAC 40

    5 897,56
    -38,86 (-0,65 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 398,41
    -35,04 (-1,02 %)
     
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    0,9753
    -0,0042 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 704,50
    -16,30 (-0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    20 135,86
    -713,86 (-3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    447,17
    -15,95 (-3,44 %)
     
  • Pétrole WTI

    89,01
    +0,56 (+0,63 %)
     
  • DAX

    12 369,04
    -101,74 (-0,82 %)
     
  • FTSE 100

    6 979,99
    -17,28 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1137
    -0,0032 (-0,29 %)
     

Orpea s'engage à rembourser à l'Etat une partie des sommes réclamées

Orpea s'engage à rembourser l'Etat. Mais seulement une partie des sommes réclamées. Le groupe d'Ehpad privés, dans la tourmente depuis les révélations en janvier du livre-enquête "Les Fossoyeurs", a annoncé ce mardi qu'il rembourserait 25,7 millions d'euros aux pouvoirs publics sur les 55,8 qui lui sont réclamés. Cette somme correspond aux remises de fin d'années octroyées par ses fournisseurs pour des achats qui avaient été financés par la Sécurité sociale, mais également au montant de deux impôts et à des frais d'assurance que le groupe avait intégrés dans ses calculs pour demander des subventions publiques, a-t-il précisé dans un communiqué. Orpea s'engage "à rembourser à l'euro près" ces montants, "dans un esprit de coopération constructive et responsable avec les autorités".

En revanche, le groupe conteste le remboursement de 30,1 millions d'euros que la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) l'avait également mis en demeure de restituer, fin juillet. Cette somme correspond à la rémunération de certains salariés du groupe qui "faisaient fonction" d'aide-soignants sans en avoir la qualification. La CNSA considère que ces salaires ne pouvaient pas être pris en charge par les pouvoirs publics puisque les personnes concernées ne sont pas des aide-soignants. Pour l'entreprise, il n'y avait pas d'autre solution que d'embaucher des personnes non diplômées, "dans un contexte général de pénurie de soignants", et elle estime être fondée à les faire rémunérer par la Sécu. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hausse des prix de l'énergie : des milliers de pubs et brasseries pourraient mettre la clé sous la porte au Royaume-Uni
Bourse : BCE, Fed, Jackson Hole… “gare à une rentrée sous tension !”
Netflix : la formule avec des publicités pourrait vous permettre de faire de belles économies
Gazprom va réduire encore ses livraisons à la France, assure Engie
Caviar à volonté, nouveaux intérieurs… les offres des compagnies aériennes pour inciter à voyager en première classe