Publicité
Marchés français ouverture 3 h 55 min
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,53 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,24 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 689,22
    +92,75 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0694
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 815,02
    -213,50 (-1,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 825,61
    -1 472,87 (-2,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 300,04
    -60,29 (-4,43 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     

Opération Sirli en Égypte : la journaliste française Ariane Lavrilleux en garde à vue

Grant Durr / Unsplash

Atteinte à la liberté d'informer ? La journaliste Ariane Lavrilleux, co-autrice d'un article qui a révélé fin 2021 un possible détournement égyptien d'une opération de renseignement française dans le pays, a été visée par une perquisition et placée en garde à vue mardi 19 septembre, a annoncé le média Disclose qui a publié son article à l'époque. "Perquisition en cours au domicile de la journaliste de Disclose, Ariane Lavrilleux. Des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont placé notre journaliste en garde à vue. Une nouvelle atteinte inadmissible au secret des sources", avait dénoncé en fin de matinée sur X (ex-Twitter) le média d'investigation Disclose.

Une source proche du dossier a confirmé à l'AFP qu'une juge d'instruction menait ces opérations, "compte tenu de son statut de journaliste". La perquisition a pris fin à 16H30 et la garde à vue d'Ariane Lavrilleux se poursuivait dans la nuit de mardi à mercredi à l'hôtel de police de Marseille, selon un nouveau message de Disclose sur X.

Par ailleurs, un ancien membre de l'armée a également été placé en garde à vue dans cette affaire, a précisé la source proche du dossier, confirmant une information du site Mediapart. Ces auditions ont lieu dans le cadre d'une information judiciaire en cours depuis juillet 2022, ouverte par le parquet de Paris pour compromission du secret de la Défense nationale et divulgations d'identité de militaires et confiée à la DGSI, a confirmé cette source. Aucune source (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite