Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 750,19
    +254,44 (+0,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 450,97
    -17,14 (-1,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

"Il a objectivement tort" : la réponse du patron d’Unilever France à Bruno Le Maire

Piman Khrutmuang/Adobe Stock

La flambée de l'inflation alimentaire, qui a atteint plus de 21 % sur deux ans, a mis en lumière une vive controverse entre le gouvernement français et les géants de l'industrie agroalimentaire, dont Unilever France. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a récemment accusé des entreprises telles que Nestlé, PepsiCo, et Unilever de refuser de réduire leurs prix malgré la hausse des coûts des matières premières et de l'énergie, et ce, dans un contexte de recul des ventes en grande surface. Nicolas Liabeuf, le président d'Unilever France, a décidé de prendre la parole pour défendre sa société contre ces accusations.

Dans les colonnes du Figaro, il souligne les efforts considérables consentis par Unilever France pour aider les consommateurs français à faire face à l'inflation, tout en préservant ses volumes de production et son équilibre financier : "Nous avons consenti des efforts considérables, nous souhaitons qu’ils soient reconnus." Unilever France a subi 250 millions d'euros de surcoûts liés à l'inflation, dont plus de 130 millions ont été absorbés par l'entreprise. Cela a entraîné une baisse de la marge de la filiale en 2022 et au premier trimestre de 2023. Malgré la présence d'Unilever dans 130 pays, la filiale française se trouve dans le dernier tiers en termes de rentabilité.

Les distributeurs ont également été critiqués pour leurs pratiques, notamment la réduction des formats de produits pour masquer l'inflation, appelée "shrinkflation". Unilever France fait valoir que (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite