La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9842
    +0,0022 (+0,23 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 738,59
    -137,23 (-0,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,86 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1120
    -0,0003 (-0,03 %)
     

Où va la livre Sterling, après la victoire de Liz Truss ? Le conseil Bourse

Pixabay

La livre Sterling (GBP) a perdu du terrain depuis début août. Au-delà du récent rebond du cours de la devise du Royaume-Uni face à l’euro, plombé par la crise de l’énergie, la victoire de Liz Truss sur l'ancien ministre des Finances Rishi Sunak pour le poste de Premier ministre risque de peser sur les perspectives de la monnaie britannique, selon de nombreux observateurs du monde de la finance, qui doutent de la capacité de la nouvelle locataire du 10 Downing Street à mener une politique économique adaptée au contexte dégradé actuel, marqué par l’impact persistant du Brexit, de multiples grèves, l’envolée de l’inflation et la crise de l’énergie.

Dans l’environnement actuel, les risques d'une "crise de la livre Sterling" sont bel et bien sur la table, avertit Deutsche Bank, pour qui les annonces du gouvernement seront scrutées de près, ces prochaines semaines. La banque allemande s’inquiète des multiples problèmes du Royaume-Uni, lesté par la plus forte inflation des pays du G20 (au plus haut depuis 40 ans, elle pourrait atteindre plus de 20% l’hiver prochain !), un affaiblissement des perspectives de croissance économique (la Banque d’Angleterre prévoit désormais une récession de 15 mois) et un lourd déficit de la balance des paiements.

Avec l’élection de Liz Truss, Deutsche Bank redoute pour le Royaume-Uni “une expansion budgétaire importante, non financée et non ciblée”, un changement de mandat de la Banque d'Angleterre (BoE) susceptible d’attiser un peu plus l’inflation et un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : la Bourse de Paris attendue rouge vif, la Chine, les taux et le gaz inquiètent
Le pétrole en ordre dispersé, l'annonce de l'Opep+ n'a pas eu l'effet escompté
Le projet de fusion TF1-M6 reste menacé après des auditions cruciales
Le dollar atteint un nouveau sommet historique face à l'euro
Vous ne pourrez bientôt plus réserver de billet d'avion avec Google Flights