La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 781,90
    -23,60 (-1,31 %)
     
  • BTC-EUR

    14 190,55
    -87,82 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Le nouveau confinement va aggraver le déficit des finances publiques

Source AFP
·1 min de lecture
Le bâtiment du ministère de l'Économie et des Finances, dans le quartier de Bercy, à Paris. 
Le bâtiment du ministère de l'Économie et des Finances, dans le quartier de Bercy, à Paris.

Le nouveau confinement de la population française, en vigueur depuis le 30 octobre, va aggraver le déficit des finances publiques, prévient le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt, dans Le Journal du dimanche de ce 1er novembre. Le déficit, qui mesure le niveau auquel les dépenses publiques dépassent les recettes, « est prévu à 248 milliards d'euros en 2020, soit 11,3 % du PIB », selon le ministre. La dernière estimation en date était de 10,2 %.

Vendredi, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, avait déjà annoncé que la dette publique devrait atteindre 119,8 % du PIB cette année, et non plus 117,5 %, soit un niveau jamais vu, en raison du reconfinement et de ses mesures de soutien à l'économie. Au total, 20 nouveaux milliards d'euros vont être débloqués pour faire face à la crise, sur une durée de huit semaines. Ils s'ajouteront aux près de 470 milliards d'euros prévus depuis mars.

Ne pas augmenter les impôts

« Nous acceptons de dégrader massivement nos finances publiques, mais en veillant à ce que ce soit temporaire : les mesures d'urgence et de relance ne seront pas pérennes », a assuré Olivier Dussopt, rappelant deux exceptions : le plan de relance du système de santé, dit Ségur, et la baisse de certains impôts sur les entreprises. À ce titre, le ministre délégué a réitéré la promesse du gouvernement de ne pas augmenter les impôts pour rembourser la dette publique.

Lire aussi Confinement : « Quoi qu'il en coûte », saison 2

« Le remboursement se fe [...] Lire la suite