Marchés français ouverture 1 h 49 min
  • Dow Jones

    33 677,27
    -68,13 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 996,10
    +146,10 (+1,05 %)
     
  • Nikkei 225

    29 670,82
    +132,12 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,1966
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 850,00
    +352,75 (+1,24 %)
     
  • BTC-EUR

    53 746,27
    +2 750,53 (+5,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 387,57
    +93,58 (+7,23 %)
     
  • S&P 500

    4 141,59
    +13,60 (+0,33 %)
     

N26, Revolut, Wise... Où dénoncer ces sites qui refusent votre IBAN étranger ?

Benoît LETY
·1 min de lecture
drapeaux europe
drapeaux europe

« Balance ton discriminant » : voici, en forçant le trait, la démarche lancée par la néobanque Wise (nouveau nom de TransferWise), dont l'offre repose principalement sur le transfet d'argent et un compte multi-devises. Wise vient de lancer le site acceptmyiban.org, où les consommateurs faisant face à une discrimination à l'IBAN sont invités à dénoncer les banques, fournisseurs d'internet, mutuelle ou autre administration publique qui refusent leur IBAN au motif qu'il ne commence pas par « FR ». Wise a été rejoint dans cette quête de dénonciation par Raisin, N26, Revolut, SumUp, Starling Bank, Klarna et Fire.

La Répression des fraudes (DGCCRF) et le Centre européen des consommateurs (CEC) France avait déjà pointé fin 2019 cette pratique illégale depuis l'entrée en vigueur d'une directive européenne en 2014. « Téléphonie, énergie, assurance, mutuelle, commerce électronique, impôts et taxes, télépéage, services publics (...) Tous les secteurs sont concernés et les raisons invoquées par les professionnels pour refuser un IBAN étranger sont multiples », écrivait le CEC France en septembre 2019, avant de lister les excuses invoquées : « système informatique ne permettant pas l'enregistrement de coordonnées bancaires étrangères, formulaire de prélèvement automatique pré-rempli avec un IBAN français, conditions générales de vente exigeant une domiciliation bancaire en France, etc. » Problème : « toutes ces raisons sont irrecevables » au regard de la réglementation au sein de l’espace unique de paiement en euros (SEPA).

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Électricité : faut-il revenir aux tarifs réglementés d'EDF pour tous ?
- Epargne Covid : 3 sources d'inégalités majeures entre les Français
- Jusqu'où va grimper l'épargne Covid des Français ?