La bourse ferme dans 2 h 2 min
  • CAC 40

    4 754,08
    -62,04 (-1,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 085,82
    -19,43 (-0,63 %)
     
  • Dow Jones

    27 547,95
    -137,43 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,1829
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 908,20
    +2,50 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    11 303,64
    +202,34 (+1,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    266,18
    +4,89 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    38,88
    +0,32 (+0,83 %)
     
  • DAX

    12 128,81
    -48,37 (-0,40 %)
     
  • FTSE 100

    5 762,32
    -29,69 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    11 378,46
    +19,53 (+0,17 %)
     
  • S&P 500

    3 393,34
    -7,63 (-0,22 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • GBP/USD

    1,3031
    +0,0010 (+0,08 %)
     

Comment Myriam Kournaf-Lambert développe un nouveau type d'hôtels de luxe en France

·1 min de lecture

Cet été, le château de ­Fonscolombe a affiché presque complet. Un miracle pour cet établissement de 67 chambres du réseau Relais & Châteaux situé dans le village du Puy-Sainte-­Réparade, à quelques kilomètres d'Aix-en-Provence. Et un ­immense soulagement pour ­Myriam ­Kournaf-Lambert, la directrice ­générale du groupe d'hôtels de luxe 2L Collection, propriétaire des lieux. "On a fait une très belle saison avec une belle clientèle française, rajeunie par des familles avec des petits enfants", se félicite la dirigeante, qui nous tend son smartphone sur lequel s'affichent des taux de remplissage supérieurs à 70%. De quoi compenser l'absence de clientèle internationale, d'habitude omniprésente mais bloquée par la pandémie.

Le rebond épidémique entraîne une chute des réservations

Un feu de paille? Depuis septembre, les mauvaises nouvelles s'accumulent. "Les ­séminaires de direction des entreprises et les fêtes de famille sont reportés à 2021 ou annulés, regrette Myriam Kournaf-­Lambert. Nous enregistrons des réservations individuelles le ­week-end, mais les chiffres chutent terriblement pendant la semaine."

"

Cette crise nous ­impose d'être cent fois plus agiles que d'habitude

"

Les décisions du gouvernement imposant la fermeture des bars et des restaurants à Aix n'ont rien ­arrangé. "Ces annonces nous ont fait du mal même si nous sommes restés ouverts, ­analyse-t-elle. Les gens n'osent plus prévoir, se décident à la dernière minute. C'est devenu très compliqué de gérer les effectif...


Lire la suite sur LeJDD