Marchés français ouverture 6 h 57 min
  • Dow Jones

    33 587,66
    -681,50 (-1,99 %)
     
  • Nasdaq

    13 031,68
    -357,75 (-2,67 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2079
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • BTC-EUR

    39 943,38
    -7 276,52 (-15,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 310,08
    -253,75 (-16,23 %)
     
  • S&P 500

    4 063,04
    -89,06 (-2,14 %)
     

Mini crédit de 600 euros : l'UFC-Que Choisir dépose plainte pour pratique trompeuse

Benoît LETY
·1 min de lecture
Homme consultant son smartphone en faisant ses courses
Homme consultant son smartphone en faisant ses courses

Emprunter 200, 500, 600 voire 1 000 euros du tac au tac, en quelques clics et une dizaine de minutes, à condition de rembourser en moins de 3 mois. Voilà la promesse, d’apparence souple et pratique, des nouveaux acteurs tels que Cashper, Blang, Finfrog mais aussi Lydia ou Floa Bank (ex Banque Casino).

« Ces prêts sont présentés comme sans danger. Ils fonctionnent comme une avance sur salaire, décrit l’UFC-Que Choisir. En général, l’échéance de remboursement est prélevée lorsque l’emprunteur perçoit ses revenus. » Quand tout se passe bien, la promesse est tenue. Problème : « S’ils sont mal distribués, ils l’exposent comme n’importe quel crédit au malendettement ainsi qu’à des impayés susceptibles de fragiliser encore davantage son budget », poursuit l’association de consommateurs, qui souligne que la réglementation n’encadre pas ces minicrédits comme un prêt conso classique, « ce qui laisse libre cours aux dérives ».

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Paiement, assurance... Ce que les monnaies numériques vont changer pour vous
- Pourquoi les DAB sont particulièrement fragiles face à la fraude
- Maison de retraite : le top 10 des départements où les Ehpad sont les plus chers