La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 127,56
    +40,27 (+0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Meta et Twitter ont accepté de se conformer aux nouvelles normes européennes en matière de modération des contenus

La lutte contre la désinformation sur les réseaux sociaux se dote d'un nouvel outil : une nouvelle version du code européen de bonnes pratiques, destiné aux géants du numérique comme Meta ou Google, vient d'être présentée par la Commission européenne. Elle édicte des règles plus strictes en matière de modération, c'est-à-dire de contrôle des publications des utilisateurs sur les plateformes. Son contenu a été dévoilé jeudi 16 juin par le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, ainsi que Věra Jourová, vice-présidente de l'UE pour les valeurs et la transparence. "Nous disposons désormais d'engagements très importants pour réduire l'impact de la désinformation en ligne, et d'outils beaucoup plus robustes pour mesurer la manière dont ils sont mis en œuvre dans l'ensemble de l'UE, dans tous les pays et dans toutes les langues", s'est enthousiasmée la vice-présidente, lors d'une conférence de presse.

Parmi les réseaux sociaux qui ont accepté de s'y conformer : les maisons mères des réseaux sociaux comme ByteDance (TikTok) Google (YouTube), Meta, ainsi que les sociétés Twitch, Twitter, WhatsApp ou encore Clubhouse. À noter l'absence de Telegram, ainsi que les plateformes où les théories complotistes sont les plus diffusées, comme Odysee et Gettr, relève Le Figaro le jeudi 16 juin. Jusqu'à présent, les règles visant à contrôler les contenus en ligne relayant de fausses informations, ou des informations trompeuses, relevaient de la bonne volonté des plateformes. Le régulateur (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les grands patrons jugent qu'une récession est imminente... et peut-être même déjà en cours
Frais de mandat : les millions d’euros que les députés sortants vont restituer à l’Assemblée
Mondial 2022 : la prime que toucheront les Bleus en cas de victoire
Coca-Cola, Dove, Nescafé… les 25 marques les plus consommées au monde en 2021
Santé : en France, un quart des adultes souffre d’une déficience auditive

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles