La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 884,46
    -150,74 (-0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Maisons fissurées : le coût de la sécheresse 2022 plus important que prévu

Adobe Stock

Les dégâts aux bâtiments dûs aux épisodes de sécheresse observés en France en 2022 devraient coûter entre 1,9 et 2,8 milliards d'euros, contre une estimation allant de 1,6 à 2,4 milliards précédemment, selon les chiffres diffusés lundi 21 novembre par France Assureurs, la fédération de la profession. A moins d'être dans le bas de la fourchette, la sécheresse de cet été devrait donc dépasser celle de 2003, avec ses 2,12 milliards d'euros de sinistres enregistrés, un record depuis la création du régime "Catastrophes naturelles" en 1982. Cette estimation ne comprend que les dommages situés dans des communes dont l'état de catastrophe naturelle sera reconnu, et qui seront ensuite bel et bien considérées comme consécutives à la sécheresse. Elle ne prend pas en compte les dommages aux récoltes, qui seront pris en charge par une assurance spécifique.

La sécheresse, en succédant à une période d'humidification, alimente le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA) qui touche une bonne moitié du territoire métropolitain, et se traduit par des mouvements de terrain de nature à déstabiliser les fondations des maisons. Ce péril "est à la fois le plus dynamique en termes de développement, notamment du fait du changement climatique, et le moins connu", a alerté Florence Lustman, présidente de France Assureurs, citée dans le rapport.

En France, environ 54% des maisons individuelles sont situées en zone d'exposition moyenne ou forte au RGA. Et 3,3 millions de maisons, soit environ (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cet homme a perdu toutes ses économies dans une arnaque à la cryptomonnaie
La fourrière de Toulouse est saturée, les véhicules gênants ne peuvent plus être retirés des rues
Le FMI demande à la France d'arrêter le "quoi qu'il en coûte"
Kiné : dans cette ville, les frais de formation annuels pourraient passer de 4.700 euros à... 200 euros
Loto : il joue une série de chiffres assez étrange et remporte le jackpot