Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,98 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0842
    +0,0035 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    -4,10 (-0,20 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 151,34
    +1 001,17 (+1,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    -0,16 (-0,20 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,87 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,04 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,62 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,04 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Un maire du Val-d'Oise en grève pour protester contre l'inertie de l'État

Bruno Bleu/Adobe Stock

Un geste fort pour se faire entendre et surtout pour alerter. Comme l'a rapporté BFMTV en fin de semaine dernière, le maire de Franconville (Val-d'Oise) a décidé de se mettre en grève pour protester contre l'inertie de l'Etat. Xavier Melki a poussé un cri de colère sur les réseaux sociaux en dénonçant "la baisse drastique des dotations de l'Etat depuis 2014", mais aussi l'absence "d'indexation de la DGF (dotation globale de fonctionnement) sur l'inflation malgré la demande de l'AMF (Autorité des marchés financiers)". En grève, il a donc décidé de ne plus assister à aucune réunion en ce début d'année jusqu'à ce que le budget 2023 soit voté. "Mon rôle, aujourd'hui, c'est de tout tenter pour que le levier de la fiscalité soit le dernier recours", tient à souligner l'élu Les Républicains auprès de BFMTV.

En cause, l'inflation donc, mais également la flambée des tarifs de l'énergie. Or, avec la baisse des dotations de l'Etat, selon lui, il est impossible de tenir et donc de voter le budget. "Quand vous avez un budget de 55 millions d'euros et que vous avez 10% de dépenses en plus, il faut bien trouver 10% d'économies, c'est-à-dire dans les services publics, soit 10% de recettes, c'est-à-dire dans les poches des habitants", regrette-t-il. "On ne peut pas laisser ça comme ça", alerte-t-il encore. Xavier Melki rappelle que les collectivités doivent avoir "des budgets équilibrés", mais que depuis 40 ans, des "budgets déséquilibrés" sont votés.

Aujourd'hui, son seul levier serait donc une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Combien coûte une journée de grève générale à l'économie française ?
Subvention de 2,9 millions d'euros : le maire de Menton accusé de favoritisme et prise illégale d’intérêt
Grève du 31 janvier : SNCF, métro, école… mardi noir en vue, le point secteur par secteur
Avatar 2 déjà quatrième film le plus rentable du monde
Activité partielle prolongée pour les plus vulnérables, hausse des salaires... Le flash éco du jour