Publicité
La bourse ferme dans 5 h 37 min
  • CAC 40

    7 617,40
    +47,20 (+0,62 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,01
    +32,56 (+0,67 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0730
    -0,0018 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +1,50 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 246,43
    +522,89 (+0,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 366,16
    -16,51 (-1,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,42
    -0,15 (-0,18 %)
     
  • DAX

    18 170,86
    +102,95 (+0,57 %)
     
  • FTSE 100

    8 219,85
    +14,74 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • GBP/USD

    1,2705
    -0,0016 (-0,13 %)
     

Un médecin du travail licencié pour avoir frappé un salarié «irrespectueux»

Pcess609

Licenciement confirmé. L’affaire remonte à avril 2019. Plus précisément au 12 avril de cette même année. Médecin du travail en CDI depuis 13 ans au sein de l’entreprise JCDecaux, le docteur en question avait alors «porté des coups» à un salarié de l’entreprise, raconte Actu Paris. Selon les juges, le patient s’était «introduit sans autorisation dans le cabinet du médecin». Si ce dernier a nié les faits, plusieurs témoignages, trois en l’occurrence, avaient confirmé les dires de la victime. Il y avait celui d’un «salarié en consultation dans son cabinet» et un autre «se trouvant sur le pas de la porte du cabinet».

Le troisième témoignage allait dans le sens de la victime, mais le salarié n’avait pas souhaité faire de «déclaration officielle». Dans un premier temps, l’inspection du travail avait confirmé le licenciement du médecin. Désavoué par le tribunal administratif, il avait alors fait appel devant la Cour d’appel de Versailles, mais avait subi le même sort. Dans son arrêt de juillet 2023, la cour administrative d’appel de Versailles avait précisé que le médecin avait «essayé de frapper» la victime «au visage».

Pour sa défense, le médecin incriminé avait avancé un autre argument : une possible «collusion» des salariés ayant témoigné et qui auraient «un passé pénal». Problème, à la suite de ces accusations, un médecin légiste avait relevé un «choc psychologique léger patent» chez la victime des coups. Autre argument mis en avant par le médecin du travail : son licenciement serait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

JO de Paris 2024 : il va y avoir du sport en entreprise, voici comment vous y préparer
Reconversion, congés… notre podcast Remue Manage, votre coach pour vous épanouir dans votre vie pro
Avez-vous encore besoin d’un CV ou d’une lettre de motivation pour trouver un emploi ?
Quel bac pour devenir architecte ?
Cette entreprise lyonnaise offre un mois de vacances supplémentaire à ses employés