Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 935,24
    +700,39 (+1,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,49
    +56,86 (+4,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

Lydia va se lancer dans le crédit

Pixabay

"Je te fais un Lydia ?" Cette petite phrase est devenue très courante chez les jeunes générations, grâce à l'application de paiement éponyme. Elle permet de transférer de l'argent sans avoir le RIB de la personne : seul son numéro de téléphone suffit, si elle a préalablement téléchargé l'application. Mais depuis son lancement en 2014, l'offre s'est étoffée. Il est désormais possible de faire du trading d'actions et de cryptomonnaies, de faire des virements et crédits instantanés... et bientôt il sera même possible de demander un crédit, affirment Les Échos.

En effet, la fintech française vient d'obtenir un agrément de société de financement. Par ailleurs, la licorne tricolore va également se lancer dans le paiement e-commerce. "La 'super-app' ne marchait pas très bien. Nous ne sommes pas les seuls à faire ce constat. Pour en devenir une, il faut forcément avoir les dépôts des clients", se justifie Cyril Chiche, cofondateur et PDG de Lydia.

Grâce à cette nouvelle licence, obtenue le 2 mars dernier, l'application de paiement va se rapprocher du modèle d'Alma, par exemple, une autre fintech qui propose entre autres le paiement à crédit sur les sites de vente en ligne. Un bouton Lydia sera ainsi proposé aux côtés de PayPal et autres chez des e-commerçants.

Le nouveau produit devrait être disponible en 2024. La start-up annonce être en train de "monter une équipe". En développant son offre, Lydia va se rapprocher des néobanques. Les détenteurs de l'application pourront ainsi transférer (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Novartis : le laboratoire suisse va cesser ses activités sur son site des Ulis
LVMH, Hermès, L’Oréal… le poids considérable des grandes familles au CAC 40
Airbus, profits… Atos suscite l’espoir, gain rapide : le conseil Bourse
Dans cette gare, plus de la moitié des trains sont en retard
Renault : le constructeur automobile voit la note de dette de son allié Nissan dégradée au rang spéculatif