La bourse ferme dans 1 h 45 min
  • CAC 40

    5 907,53
    -28,89 (-0,49 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 405,45
    -28,00 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    29 520,03
    -406,91 (-1,36 %)
     
  • EUR/USD

    0,9755
    -0,0040 (-0,41 %)
     
  • Gold future

    1 709,60
    -11,20 (-0,65 %)
     
  • BTC-EUR

    20 153,38
    -734,70 (-3,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    447,70
    -7,33 (-1,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,18
    +1,73 (+1,96 %)
     
  • DAX

    12 388,73
    -82,05 (-0,66 %)
     
  • FTSE 100

    7 000,11
    +2,84 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    10 816,24
    -257,07 (-2,32 %)
     
  • S&P 500

    3 678,82
    -65,70 (-1,75 %)
     
  • Nikkei 225

    27 116,11
    -195,19 (-0,71 %)
     
  • HANG SENG

    17 740,05
    -272,10 (-1,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,1128
    -0,0040 (-0,36 %)
     

L'euro recule, plombé par l'arrêt du gazoduc Nord Stream

Pixabay

L'euro était malmené vendredi 2 septembre après l'annonce d'une prolongation de l'arrêt du gazoduc Nord Stream, qui assure l'essentiel de l'approvisionnement du gaz russe en Europe, un nouveau coup de théâtre susceptible d'aggraver la crise énergétique en cours. Vers 18 heures GMT, la monnaie unique retombait à 0,9963 dollar pour un euro, quelques minutes seulement après avoir atteint son plus haut niveau de la journée, à 1,0034 dollar.

"On assiste à un revirement en matière d'appétit pour le risque", consécutif au nouveau développement sur le marché de l'énergie, les cambistes se repliant vers le billet vert, au détriment de l'euro, a expliqué Matthew Weller, de StoneX. Le groupe Gazprom a annoncé vendredi que le gazoduc Nord Stream serait maintenu à l'arrêt jusqu'à ce que soit achevée la réparation d'une turbine défectueuse, un problème découvert lors d'un contrôle technique, selon l'entreprise.

Suspendues depuis mercredi pour maintenance, les livraisons via Nord Stream 1 devaient initialement reprendre samedi, selon le calendrier établi par Gazprom. "Que ce soit lié à un vrai problème ou une manœuvre politique, cela augmente les risques pour l'économie européenne", a souligné Matthew Weller. L'annonce de Gazprom a stoppé l'euro dans son élan, lui qui avait profité, plus tôt, de la publication d'un rapport mensuel sur l'emploi américain mitigé. Selon le ministère américain du Travail, le rythme des créations d'emplois a sensiblement ralenti en août et le taux de chômage a légèrement (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Gaz : le gazoduc Nord Stream arrêté "complètement" jusqu'à la réparation d'une turbine
Bourse : Paris termine en forte en hausse porté par l'emploi américain
Canal + « renonce » à la diffusion des chaînes du groupe TF1
Canal+ ne diffusera plus les chaînes du groupe TF1
L'euro remonte, porté par le gaz et l'hypothèse d'une BCE audacieuse