La bourse ferme dans 3 h 17 min
  • CAC 40

    6 612,98
    -9,61 (-0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,25
    -11,62 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    34 751,32
    -63,07 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,1784
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 760,20
    +3,50 (+0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    40 178,72
    -734,70 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 197,57
    -35,72 (-2,90 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,17
    -0,44 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 574,69
    -77,06 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    7 022,57
    -4,91 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    15 181,92
    +20,39 (+0,13 %)
     
  • S&P 500

    4 473,75
    -6,95 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3801
    +0,0005 (+0,04 %)
     

L'effet pass sanitaire qui rend les modélisations de l'institut Pasteur moins sombres

·3 min de lecture

Face au variant Delta, de nouvelles mesures semblaient indispensables en septembre. Mais depuis l'élargissement du pass sanitaire, la vaccination s'accélère. Et change la donne.

CORONAVIRUS - L’effet pass sanitaire. Avec en moyenne 684.000 doses injectées en France chaque jour depuis le 16 juillet, la couverture vaccinale acquise en septembre pourrait permettre de limiter le pic de la quatrième vague de Covid-19, estime l’Institut Pasteur

En effet, l’Institut Pasteur a revu ses calculs et publie de nouveaux scénarios ce mardi 27 juillet. En prenant en compte le rythme vaccinal actuel, les chercheurs s’attendent désormais à 2500 hospitalisations journalières, dues à la propagation du variant Delta. C’est environ deux fois moins que ce que prévoyait le centre de recherche le 9 juillet dernier, trois jours avant qu’Emmanuel Macron annonce l’élargissement du pass sanitaire et que les Français se ruent sur le vaccin.

Les semaines précédant la publication de son premier rapport, moins de 500.000 doses de vaccin contre le coronavirus étaient injectées chaque jour, et la tendance était plutôt à la baisse.

Vaccins et gestes barrières: effet décuplé

À l’époque, le rythme était donc insuffisant pour attendre l’immunité collective à temps et garantir un automne sans restriction, selon l’unité de modélisation mathématique des maladies infectieuses qui se base également sur le taux de reproduction du variant Delta (R), l’efficacité des vaccins ou encore la couverture vaccinale par tranche d’âge pour arriver à de tels scénarios. 

La donne a changé, selon l’Institut Pasteur: “L’effet combiné de l’accélération de la vaccination et d’une réduction, même petite, du taux de transmission (du variant Delta) peut avoir un impact important sur la taille de la quatrième vague”, détaille le nouveau rapport.

Autrement dit, grâce au vaccin, l’effet des mesures et des gestes contre le Covid-19 est décuplé: avec un taux de transmissions 10% inférieur à celui observé depuis trois semaines, les hospitalisations journalières passeraient à 1800 au lieu de 2500 soit une baisse de 28%. 

institut pasteur (Photo: Institut pasteur)
institut pasteur (Photo: Institut pasteur)

“Il est donc essentiel que l’accélération de la vaccination continue avec une adhésion massive de la population et que les taux de transmission diminuent en population générale, grâce notamment au maintien des gestes barrières, au port du masque et au pass sanitaire”, poursuivent les chercheurs de l’Institut Pasteur. 

Ne pas freiner pour éviter un reconfinement

Ainsi éviterait-on un reconfinement en septembre? Pasteur prévient: “La propagation du virus SARS-CoV-2 est difficile à anticiper et la dynamique de l’épidémie peut changer rapidement”. Ce sont des scénarios, ce ne sont pas des prévisions. Le comportement humain est imprévisible”, tempère à son tour Jean-Stéphane Dhersin, modélisateur de l’épidémie pour le CNRS.

“Dans le modèle de Pasteur, l’acceptation vaccinale et la vitesse de vaccination ne changent pas au cours du temps. Pourtant, ces facteurs ont évolué par le passé. Les thromboses ont suscité des oppositions, le pass sanitaire et le variant Delta ont au contraire convaincu”, argumente le chercheur, interrogé par le HuffPost

Pour rester optimiste, il faut maintenir le rythme vaccinal. Lors de la visite d’un centre de vaccination itinérant en Seine-Saint-Denis ce mardi 27 juillet, Olivier Véran indiquait espérer “faire mieux encore”. “3 millions de rendez-vous” devraient ouvrir à cet effet, “dans les dix prochains jours”. 

Si la France se rapproche des 50% de vaccinés, de nombreuses disparités apparaissent selon les classes d’âge et le niveau de revenu et font craindre le retour d’un plafond de verre, empêchant d’atteindre les 90% de vaccinés parmi les 18-59 ans. 

À voir également sur Le HuffPost: la liberté où je ne dois rien à personne n’existe pas”, lance Macron après les manifestations

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles