La bourse ferme dans 4 h 52 min
  • CAC 40

    5 484,71
    -38,81 (-0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 558,68
    -34,15 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2123
    -0,0046 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 841,60
    -9,30 (-0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    25 987,56
    -868,22 (-3,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    633,13
    -6,79 (-1,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,78
    +0,17 (+0,32 %)
     
  • DAX

    13 740,54
    -130,45 (-0,94 %)
     
  • FTSE 100

    6 617,90
    -36,11 (-0,54 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3729
    -0,0003 (-0,02 %)
     

L'automobile, entre mal nécessaire et bien indispensable

Par Jacques Chevalier
·1 min de lecture
Le pseudo désamour à l'égard de l'automobile ne résiste pas à l'examen des solutions de rechange. En dehors des villes, il n'y en a pas.
Le pseudo désamour à l'égard de l'automobile ne résiste pas à l'examen des solutions de rechange. En dehors des villes, il n'y en a pas.

« Les automobilistes et la voiture, c'est un peu Les Feux de l'amour. On sait comment ça commence, on ne sait pas quand ça finit. » Raisonnablement optimiste, Flavien Neuvy, qui livre son étude annuelle Cetelem sur le secteur automobile analysé sous tous les angles et toutes les latitudes, relève bien ces accrocs dans le contrat, ce désamour enregistré par rapport à 2017 où l'étude relevait au contraire une relation fusionnelle. Mais les usagers, un temps décontenancés par les restrictions d'accès en centre-ville et les réglementations qui se mettent en place, se résignent. Ils constatent aussi, pour 8 personnes sur 10, à quel point la voiture reste un outil irremplaçable.

Au travers des 10 000 personnes interrogées dans 15 pays du monde, ressort de cette étude le sentiment contradictoire que l'automobile occupe une place trop importante (56 %) et qu'elle est source de pollution de l'air (72 %, dont 60 % en France). Mais, pour autant, 55 % des sondés dans le monde disent ne pouvoir s'en passer, plus encore en France avec 65 % d'utilisateurs « accros » alors que, tout de même, ils étaient 80 % il y a quatre ans. Son rôle ponctuel de refuge anti-Covid lui a redonné du lustre pour beaucoup, ceux notamment qui ne pouvaient passer au télétravail.

© Observatoire Cetelem

Le supposé désintérêt des générations montantes ne se confirme pas car, si la voiture est devancée d'une courte tête par le téléphone portable et le logement dans le c?ur des sondés, « il n'y a pa [...] Lire la suite