La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    15 140,62
    +289,05 (+1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

L'astéroïde sur lequel la NASA vient d'atterrir serait creux, avec un grand 'vide' en son centre

·2 min de lecture

L'astéroïde Bennu se révèle de plus en plus bizarre. Lorsque la NASA a décidé d'envoyer une sonde pour se poser sur un rocher spatial et en rapporter des échantillons, elle a choisi Bennu pour sa surface apparemment lisse — un terrain d'atterrissage parfait. Mais une fois que le vaisseau spatial Osiris-Rex a fait le voyage de 323 millions de kilomètres vers Bennu, les images qu'il a renvoyées ont révélé un paysage couvert de roches.

La NASA a finalement choisi l'endroit le plus plat qu'elle pouvait trouver pour atterrir, et le prélèvement a eu lieu sans problème le mois dernier. Mais une autre surprise est advenue : la roche de Bennu s'est avérée incroyablement molle, s'effritant sous le vaisseau spatial au moment où il touchait la surface.

La sonde a tiré un jet d'azote pour faire tourbillonner la roche et la poussière — de cette façon, elle a pu en attraper dans son outil de collecte d'échantillons. Mais une fois de plus, les scientifiques ont été pris au dépourvu lorsque la manœuvre s'est avérée avoir produit tellement de matière que la poussière et la roche maintenaient l'outil de collecte d'échantillons ouvert, permettant à la précieuse poussière extraterrestre de s'échapper dans l'espace.

Ils ont réussi à ranger l'échantillon avant d'en perdre trop, mais ce n'était pas la dernière des surprises. Récemment, des chercheurs de l'université du Colorado ont conclu, sur la base des données qu'Osiris-Rex a recueillies pendant les deux années où il a tourné autour de Bennu, que l'astéroïde était probablement creux. "C'est comme s'il y avait un vide en son centre, dans lequel on pourrait faire tenir une paire de terrains de football", a déclaré Daniel Scheeres, professeur au département des sciences de l'ingénierie aérospatiale de l'université qui a dirigé les recherches, dans un communiqué de presse.

De plus, Bennu pourrait être en train de se désintégrer.

Pendant qu'Osiris-Rex était en orbite autour de Bennu, la sonde a mesuré l'intensité de la gravité de l'astéroïde. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'armée américaine lance des patrouilles de robots-chiens sur une base en Floride
Joe Biden snobe Facebook, Google et Apple pour son arrivée à la Maison Blanche
Apple dévoile sa nouvelle gamme de Mac équipée de son processeur maison
Les trottinettes Bolt pourraient débarquer à Nantes et Lille en 2021
TikTok pourrait être fixé sur son sort aux Etats-Unis ce jeudi