Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 514,21
    +274,23 (+0,72 %)
     
  • Nasdaq

    15 723,50
    +272,19 (+1,76 %)
     
  • Nikkei 225

    37 552,16
    +113,55 (+0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    +0,0052 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    16 828,93
    +317,24 (+1,92 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 321,12
    +235,78 (+0,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 437,46
    +22,70 (+1,60 %)
     
  • S&P 500

    5 074,33
    +63,73 (+1,27 %)
     

L’influenceuse Sissy Mua au cœur d’un scandale de management toxique

Eric Fougere

«Travailler dans cette entreprise est un pur cauchemar.» L’influenceuse fitness Sissy Mua est secouée par une vague de témoignages en ligne mettant en cause son management. Cette star des réseaux, qui cumule près de 1,5 million d’abonnés sur Instagram et plus de 600 000 sur TikTok, diffuse en ligne des vidéos de fitness et a également lancé, avec son compagnon, Trainsweateat, une application de coaching de sport et de nutrition qui propose des programmes à effectuer autant à la salle qu’à la maison.

Et si l’entreprise se développe à toute allure, d’anciens salariés ont vivement critiqué les conditions de travail qu’impose le couple, rapporte le HuffPost. Des témoignages ont ainsi été publiés sur le compte Instagram «balancetastartup» et décrivent un management toxique. «J’allais la boule au ventre tous les matins dans les locaux, je ne supportais plus de voir mes collègues pleurer», confie un ex-employé. «[Vous avez] peur de vous faire engueuler tel un enfant de 6 ans à chaque message Slack que vous recevez», raconte un autre.

Dans cette publication, neuf personnes décrivent une situation invivable chez Trainsweateat et de nombreux internautes ont appelé Sissy Mua à réagir à ces accusations. Après plus de deux semaines de silence, l’entrepreneuse et son compagnon ont publié vendredi 22 mars un communiqué pour faire face à la polémique. Ils évoquent d’abord la nécessité d’entendre ces témoignages qui doivent être «considérés», tout en condamnant les attaques «personnelles et diffamatoires». (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

CAC 40 : la Bourse de Paris à l'arrêt, la Fed risque de baisser ses taux moins que prévu
Believe : le gendarme de la Bourse épingle le consortium candidat au rachat
LVMH, Hermès… les géants du luxe du CAC 40 vont-ils profiter des JO de Paris 2024 ?
Pétrole : «il faudra de bonnes nouvelles sur la Chine et les taux, pour que la hausse continue»
Atos : les méthodes de David Layani pour réussir son raid sur le géant informatique