Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 439,15
    -124,65 (-0,32 %)
     
  • Nasdaq

    15 477,42
    -153,36 (-0,98 %)
     
  • Nikkei 225

    38 262,16
    -101,45 (-0,26 %)
     
  • EUR/USD

    1,0820
    +0,0008 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    16 503,10
    +255,59 (+1,57 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 180,93
    -966,52 (-2,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    4 955,56
    -19,95 (-0,40 %)
     

Est-il légalement possible de réquisitionner les logements vacants pour loger les sans-abri ?

Kevin Comte

L’heure est à la protestation du côté de Lyon. Outre les manifestations des agriculteurs qui ont lieu un peu partout dans l’Hexagone ces derniers jours, une vingtaine de militants ont brandi des pancartes et crié au pied de l’hôtel de ville lyonnais ce jeudi. En cause : les 180 enfants à la rue, ainsi que leurs familles, juste dans la ville. Les diverses associations présentes appellent Grégory Doucet, le maire, à reloger ces familles dans les nombreux logements vacants.

Comme le rapporte France Bleu Auvergne-Rhône-Alpes, d’après eux, l’édile pourrait s’appuyer sur la législation pour procéder à des réquisitions de logements inoccupés. Surtout face à cette urgence. «180 enfants à la rue à Lyon, 340 sur la métropole, 3 000 en France, l’urgence est caractérisée. Les droits de l’enfant sont mis en cause, puisque leur droit, c'est notamment d'avoir un logement. Pour nous, les maires devraient réquisitionner des logements vacants», appuie Michael Jouteux, un militant, à nos confrères.

D’autant que, selon l’Insee, en 2020, plus de 8% des logements lyonnais étaient inoccupés, soit 25 254 biens. Pour autant, ces chiffres ne signifient pas automatiquement que tous ces appartements seraient totalement disponibles : il pourrait s’agir de biens en attente de vente ou de location, de logements vétustes, ou de successions récentes ou en cours. Mais le pouvoir de la municipalité a ses limites, et la réquisition de logements vacants pour reloger les sans-abri reviendrait plus à l’État.

«On soutient (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : ces rues parisiennes où les appartements sont invendables
Immobilier : cette loi qui pourrait atomiser les locations touristiques à la montagne
Quelle est la durée de validité de mon DPE ?
Châteaux : ce marché immobilier très particulier est lui aussi touché par les baisses de prix
Passoire thermique : ce logiciel permet de calculer le prix des travaux à entreprendre