La bourse ferme dans 5 h 35 min
  • CAC 40

    4 617,08
    -113,58 (-2,40 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 997,96
    -72,64 (-2,37 %)
     
  • Dow Jones

    27 463,19
    -222,19 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1744
    -0,0046 (-0,39 %)
     
  • Gold future

    1 898,50
    -13,40 (-0,70 %)
     
  • BTC-EUR

    11 578,62
    -57,86 (-0,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    268,36
    +7,07 (+2,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    37,96
    -1,61 (-4,07 %)
     
  • DAX

    11 734,36
    -329,21 (-2,73 %)
     
  • FTSE 100

    5 647,90
    -81,09 (-1,42 %)
     
  • Nasdaq

    11 431,35
    +72,41 (+0,64 %)
     
  • S&P 500

    3 390,68
    -10,29 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    23 418,51
    -67,29 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    24 708,80
    -78,39 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2977
    -0,0064 (-0,49 %)
     

La justice de l'UE s'oppose à une collecte systématique des données par les opérateurs télécoms

·2 min de lecture

Sollicitée par les juridictions en France, Belgique et Royaume-Uni, l'instance basée à Luxembourg a confirmé que le droit de l'UE s'oppose aux réglementations nationales imposant aux fournisseurs d'accès "la transmission ou la conservation généralisée et indifférenciée" des métadonnées des connexions internet et conversations téléphoniques, selon le texte de l'arrêt. Concrètement, les métadonnées des connexions internet et conversations téléphoniques — qui ne portent pas sur le contenu des messages mais les conditions dans lesquelles elles ont été échangées (identité, localisation, date, durée...) — ne peuvent pas être gardées indéfiniment et uniformément par les opérateurs.

Des dérogations limitées dans le temps ou autorisées par un juge

La CJUE admet cependant des dérogations encadrées dans le cas où un Etat fait face "à une menace grave pour la sécurité nationale, réelle et actuelle ou prévisible", ce qui peut l'amener à imposer, par "des mesures législatives", une conservation "généralisée et indifférenciée" des données "pour une durée temporellement limitée au strict nécessaire".

De même, dans la "lutte contre la criminalité grave" et "la prévention des menaces graves contre la sécurité publique", un État membre peut également "prévoir la conservation ciblée des données ainsi que leur conservation rapide". Pour autant, "une telle ingérence dans les droits fondamentaux doit être assortie de garanties effectives et contrôlée par un juge ou une autorité administrative indépendante", insiste la Cour.

Dans un arrêt de 2016 baptisé "Tele2", la CJUE avait jugé que les Etats membres ne pouvaient pas imposer aux fournisseurs une "obligation généralisée et indifférenciée" de collecte et de conservation des données relatives au trafic et données de localisation.

Mais plusieurs Etats de l'UE continuent d'exiger une telle collecte afin que policiers, magistrats ou services de renseignement puissent accéder à ces données. Ils s'appuient sur le Traité sur l'UE, selon lequel la sécurité

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : on serait beaucoup trop peu à avoir des anticorps pour atteindre l'immunité collective, selon l'Inserm
Samsung, Apple, Xiaomi... Les marques de smartphones préférées des Français
YouTube estime à plus de 500 M€ sa contribution à l'économie française
iPhone 12 : prix, date de sortie, fiche technique... Tout ce qu'on sait déjà sur les nouveaux smartphones d'Apple
Face ID, Facebook, Google Photos... comment fonctionne la reconnaissance faciale de vos applis