La bourse ferme dans 1 h 47 min
  • CAC 40

    7 141,62
    -24,65 (-0,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 211,90
    -29,22 (-0,69 %)
     
  • Dow Jones

    33 983,04
    -70,90 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,0862
    -0,0049 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 897,30
    -33,50 (-1,74 %)
     
  • BTC-EUR

    21 561,09
    -562,43 (-2,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    534,69
    -2,17 (-0,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,36
    +0,48 (+0,63 %)
     
  • DAX

    15 366,01
    -143,18 (-0,92 %)
     
  • FTSE 100

    7 860,37
    +40,21 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    12 054,94
    -145,88 (-1,20 %)
     
  • S&P 500

    4 149,26
    -30,50 (-0,73 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2142
    -0,0087 (-0,71 %)
     

Justice : à quoi servira cette nouvelle application annoncée par Eric Dupond-Moretti ?

picture alliance / Getty images

La justice dans la poche ? C’est en tous cas le plan du ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti. Parmi ses 60 mesures pour la justice, il a annoncé, jeudi 5 janvier, la mise en place d’une application liée aux services judiciaires, accessible dès le mois d’avril 2023. Selon un sondage réalisé par le ministère de la Justice, ce développement répond à une demande des citoyens. “73% des Français affirment avoir un intérêt pour un outil numérique proposant des services en lien avec la justice”, assure-t-on au gouvernement.

Mais que proposera ce nouvel outil ? Dès le mois d’avril plusieurs services seront disponibles. L’application permettra surtout de centraliser les informations déjà présentes sur les différents sites internet de l’Etat. Par exemple, vous pourrez effectuer une simulation pour la pension alimentaire ou d’aide juridictionnelle. Bien qu’un annuaire des points justice existe déjà sur le site service-public.fr, l’application permettra de se géolocaliser et accéder aux informations propres à son lieu de vie. Les avocats et notaires seront aussi référencés.

Dès 2024, le gouvernement prévoit d’autres fonctionnalités, plus “pratiques”. Il sera possible de demander, directement via son téléphone, une indemnisation devant le tribunal correctionnel ou une aide juridictionnelle. “Le téléphone sera utilisé aussi pour la prise de rendez-vous par le conseiller d’insertion et de probation ou encore pour envoyer des rappels d’audience par SMS”, nous précise-t-on au ministère. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Avec un prix du gaz multiplié par sept, les nageurs contraints de nager dans une eau à la limite du supportable
Attention à cette arnaque, on vous demande de régler la cantine de vos enfants !
Plus de la moitié des Français ont du mal à se faire soigner
"Jackpot" à vie : pourquoi le salaire de hauts fonctionnaires fait scandale en Belgique
Guerre en Ukraine : les Etats-Unis fournissent une nouvelle aide militaire à Kiev