Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 214,54
    +379,68 (+0,98 %)
     
  • Nasdaq

    17 725,29
    -136,94 (-0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0716
    -0,0032 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 755,22
    +69,71 (+0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,34
    -20,33 (-1,47 %)
     
  • S&P 500

    5 478,07
    -8,96 (-0,16 %)
     

Jugé dangereux, cet iPhone vient d’être interdit en France

PIXABAY

Nouvel iPhone 15, chargeurs universels, Apple Watch… la firme de Cupertino dévoilait ce mardi soir, lors de la Keynote, toutes ses nouveautés. Mais la marque à la pomme ne s'attendait peut-être pas à cette décision de l'Agence nationale des fréquences (ANFR) dont a pris connaissance Le Parisien. En effet, à cause d'ondes trop élevées, l'ANFR a décidé d'interdire en France la vente de l'iPhone 12, alors que le smartphone y est vendu seulement depuis 2020. Interrogé par Le Parisien, le ministre du Numérique et des Télécommunications confirme : "L'ANFR a engagé de manière autonome des tests de conformité sur des téléphones, dont l’iPhone 12. Et ces tests, confirmés par un laboratoire indépendant, ont démontré que ce téléphone présente un dépassement de débit d’absorption spécifique (DAS)."

Cela veut dire en somme qu'il existe une "émission d’ondes électromagnétiques très légèrement supérieure au seuil autorisé", explique Jean-Noël Barrot. Apple en a été notifié ce mardi 12 septembre et la firme américaine va devoir se mettre en conformité. Pour cela, rien de plus simple, selon le ministre, puisqu'une simple mise à jour du système est nécessaire. Délai accordé : quinze jours. Jean-Noël Barrot dit avoir confiance "dans le sens des responsabilités" d'Apple, mais si la décision de l’ANFR n'est pas respectée, la France pourrait aller plus loin.

"Je suis prêt à ordonner le rappel des iPhone 12 en circulation. La règle est la même pour tout le monde, y compris pour les géants du numérique", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite