La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 285,24
    +12,53 (+0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 657,03
    +16,48 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,77 (+0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0562
    -0,0026 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 845,10
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    27 963,36
    +322,63 (+1,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    650,34
    -23,03 (-3,42 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,35
    +0,46 (+0,42 %)
     
  • DAX

    13 981,91
    +99,61 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 389,98
    +87,24 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     
  • Nikkei 225

    26 739,03
    +336,19 (+1,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 717,24
    +596,56 (+2,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2495
    +0,0020 (+0,16 %)
     

Information trimestrielle au 31 mars 2022

ESSO S.A.F.
ESSO S.A.F.


ACTIVITE DU TRIMESTRE ET FAITS MARQUANTS

  • Quantités de pétrole brut traité en raffinerie

millions de tonnes

1er
trimestre

2ème trimestre

3ème trimestre

4ème trimestre

total
année

année 2021

3,5

4,0

3,8

4,0

15,3

année 2022

3,9

3,9

Les raffineries du groupe ont traité 3,9 millions de tonnes de pétrole brut au cours du premier trimestre 2022 en hausse de 11,4 % par rapport à la même période de l’année 2021 qui avait été marquée par un arrêt intermédiaire partiel de la raffinerie de Fos-sur-Mer. Une partie significative des unités de production de la raffinerie de Gravenchon a été mise à l’arrêt entre le 23 février et le 15 avril dans le cadre d’un grand arrêt programmé.

  • Volumes vendus et chiffres d’affaires

Pour les 3 premiers mois de l’année 2022, les volumes des produits raffinés vendus par Esso S.A.F. s’élèvent à 6,2 millions de m3, en hausse de 4,8 % par rapport au 1er trimestre 2021.

Les volumes vendus sur le marché intérieur (ventes en France, hors ventes directes raffinage et ventes extraterritoriales) sont en hausse de 3,9 % au premier trimestre par rapport au premier trimestre 2021.

À fin mars 2022, le chiffre d'affaires (hors TVA) du groupe s'élève à 5,2 milliards d'euros en hausse de 66,7 % par rapport au premier trimestre 2021 reflétant la hausse des volumes et la forte hausse du prix du pétrole brut.

1er trimestre 2022

1er trimestre 2021

milliers m3

millions euros

milliers m3

millions euros

Carburants Aviation

538

358

240

84

Supercarburants Automobile

1 209

804

1 156

441

Gazole et Fioul domestique

2 473

2 092

2 654

1 210

Fiouls Lourds

372

230

278

96

Gaz de Pétrole Liquéfié

150

66

133

32

Produits semi-finis

1 082

636

1 082

357

Ventes de carburants et combustibles

5 824

4 186

5 543

2 220

Ventes Lubrifiants et Spécialités

384

342

397

258

Total ventes de produits raffinés hors taxes

6 208

4 528

5 940

2 478

Ventes de pétrole brut

257

137

231

69

Total ventes de produits pétroliers hors taxes

6 465

4 665

6 171

2 547

Ventes de services

56

54

Taxe intérieure de consommation sur les
produits énergétiques

481

520

Chiffre d'affaires (hors TVA)

5 202

3 121

dont volumes ventes, activités de distribution sur le marché intérieur (ventes en France, hors ventes directes Raffinage et ventes extra-territoriales)

3 677

-

3 540

-

  • Investissements

En 2022 le groupe prévoit d’investir 49 millions d’euros, dont 45 millions d’euros dans ses raffineries afin de mieux répondre aux besoins du marché et de poursuivre l’amélioration des unités, notamment en matière d’efficacité énergétique. En 2021 le groupe avait investi 31 millions d’euros dont 28 millions d’euros dans ses raffineries.

  • Risques et litiges

Aucun litige ou procédure matériellement significatif n’a été engagé à l’encontre du groupe au cours du premier trimestre 2022.

  • Situation financière

À fin mars 2022, la position financière nette du groupe est négative pour un montant de 73 millions d’euros contre une position financière nette positive de 383 millions d’euros au 31 décembre 2021.

ENVIRONNEMENT DE L’INDUSTRIE DU RAFFINAGE-DISTRIBUTION

  • Evolution du prix du pétrole brut

Le rebond des prix du pétrole brut constaté au cours du second semestre 2021 s’est amplifié au premier semestre 2022 à la suite du conflit ouvert entre l’Ukraine et la Russie depuis le 24 février. Les inquiétudes concernant les conséquences potentielles sur l’approvisionnement en pétrole brut ou l’extension possible de ce conflit ont provoqué une hausse des cours du pétrole brut au-dessus de 100 $ le baril.

Ainsi, au premier trimestre 2022, le prix moyen du baril de Brent s’est élevé à 100 $ en hausse de 26 % par rapport au quatrième trimestre 2021 (80 $) et de 65 % par rapport au premier trimestre 2021 (61 $). La parité euro-dollar s’est établie à 1,12 $/ € contre 1,21 $/ € au cours du premier trimestre 2021.

Exprimé en euros, le prix moyen du baril de Brent a été de 90 € au premier trimestre 2022 en hausse de 29 % par rapport au quatrième trimestre 2021 (70 €) et de 78 % par rapport au premier trimestre 2021 (50 €).

  • Marges de raffinage

Dans le contexte de forte hausse du prix des matières premières, les marges brutes de raffinage ont réagi par une hausse qui s’explique par la simple réaction du marché à la baisse de l’offre, sans baisse de la demande.

La marge brute indicative de raffinage sur Brent publiée par la Direction Générale de l’Énergie et du Climat (DGEC) du Ministère de la transition écologique s’est élevée à 48 €/tonne en moyenne au premier trimestre 2022 contre une moyenne de 6 €/tonne au premier trimestre 2021.
La marge moyenne de l’année 2021 avait été de 14 €/tonne.

L’indicateur de marge de raffinage de la DGEC est un indicateur de marge de raffinage sur coûts énergétiques dont les rendements sur Brent sont représentatifs d’une raffinerie auto-suffisante opérée pour maximiser la production de distillats moyens (https://www.ecologie.gouv.fr/prix-des-produits-petroliers). Cet indicateur a vocation à illustrer la tendance de l’environnement économique du raffinage de carburants et combustibles.

Cet indicateur de marge théorique ne représente pas le coût réel de l’énergie et diffère de la marge brute réalisée par le groupe Esso S.A.F. compte tenu de la configuration comme des conditions d’opération et de production propres à chacune de ses raffineries, dans un environnement où les prix du pétrole brut et des produits finis peuvent varier très rapidement.

  • Marché français des produits pétroliers

À fin février 2022, d’après les dernières statistiques publiées par le Comité Professionnel du Pétrole (CPDP), la consommation de produits pétroliers sur le marché intérieur français était en hausse de 5,4 % par rapport à la même période de l’année 2021. Les volumes des supercarburants et du gazole routier vendus sur le marché intérieur sont en hausse respectivement de 20,1 % et 5,4 %, ceux des carburéacteurs en hausse de 33,8 %.

En glissement annuel, de mars 2021 à février 2022, les ventes de produits pétroliers sur le marché intérieur sont en hausse de 12,1 %.

PERSPECTIVES

Le groupe Esso S.A.F. est exposé aux incertitudes concernant l’évolution du prix du pétrole brut et du taux de change du dollar, à la volatilité des prix des produits pétroliers et des marges de raffinage dans un marché ouvert à une concurrence mondiale.

Le groupe reste concentré sur les grandes priorités stratégiques qui lui ont permis de traverser avec succès la crise pandémique et de le préparer aux mutations des marchés en cours et à venir :

  • Opérer à un niveau d’excellence

  • Renforcer la compétitivité de l’outil industriel

  • Poursuivre le développement des ventes

  • Se positionner pour un avenir bas carbone

Conscient de la nécessité absolue d’aller vers un nouveau mix énergétique, le groupe Esso S.A.F. se transforme et contribue à des solutions pour demain grâce à ses produits, à la transformation de son outil industriel et au pilotage de la transition. La Stratégie Climat du groupe s’articule autour de quatre priorités :

  • Atténuer les émissions de nos opérations et la consommation d’énergie ;

  • Fournir à nos clients des produits leur permettant de réduire leurs émissions ;

  • Déployer des solutions technologiques bas-carbone (captage et stockage du CO2, alimentations bio-sourcées, utilisation d’hydrogène bas-carbone) ;

  • S’impliquer dans le débat sur les politiques énergétiques et le climat.

Pour atteindre cet objectif, le groupe Esso S.A.F. peut compter sur son intégration au groupe ExxonMobil et à ce titre, Esso S.A.F. s’inscrit dans l’ambition d’ExxonMobil d’atteindre la neutralité Carbone à horizon 2050 pour les émissions de scope 1 et 2 pour les actifs qu’il opère.

La transition énergétique telle qu’envisagée par la Stratégie Nationale Bas-Carbone, la programmation pluriannuelle de l’énergie (publiée le 21 avril 2020) pour la croissance verte, et par le Pacte Vert Européen avec l’objectif de neutralité carbone en 2050, vont conduire à une baisse de la consommation d’énergies fossiles et à l’émergence de nouvelles solutions énergétique bas carbone dont l’ampleur et le rythme de transition sont encore incertains.

Dans ce contexte la transformation de l’outil industriel qui en découle pourrait s’articuler autour :

  • d’un remplacement progressif du pétrole brut par des matières premières issues de la bio-masse ou des déchets ;

  • de l’amélioration de l’efficacité énergétique, de l’électrification de certains équipements et de l’utilisation d’hydrogène renouvelable ;

  • de la mise en place de technologie telle que le captage et stockage de CO2 ;

  • de la diminution progressive de la production de carburants et combustibles au profit des alimentations utilisées par la chimie et des produits tels que les lubrifiants, bitumes et autres spécialités.

Un environnement réglementaire ambitieux et stable, respectant la neutralité technologique, avec des conditions économiques et fiscales prévisibles est essentiel pour permettre au groupe Esso S.A.F. d’apporter dans le futur sa contribution aux objectifs de transition énergétique.

Conflit Russie-Ukraine

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine reste un facteur d’incertitude important, notamment en ce qui concerne les conséquences potentielles sur l’approvisionnement et le prix des matières premières, notamment du pétrole et du gaz. Il est envisageable qu’un environnement de prix élevés sur les matières premières continue d’alimenter l’inflation, ralentisse la reprise économique et, pèse sur la demande en produits pétroliers avec des conséquences potentielles sur les marges de raffinage.
Pour contenir l'impact de la hausse des prix des carburants sur le consommateur final et en application du mécanisme mis en place par le gouvernement à partir du 1er avril 2022 jusqu’au 31 juillet 2022, le groupe Esso S.A.F. applique une remise de 15 centimes d'euro hors taxe à ses clients.

Le groupe Esso S.A.F. ne dispose pas d’actifs en Russie ou en Ukraine. Sa base de clientèle ne comprend pas de clients actuellement frappés de sanctions, et il ne traite qu’une faible proportion de pétrole brut en provenance ou ayant transité par la Russie. Le groupe Esso S.A.F. suit avec attention l’évolution de la situation et travaille à diversifier son approvisionnement.

Esso S.A.F., le 13 mai 2022

Pièce jointe


Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles