La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,89 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 243,37
    -654,04 (-2,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,77 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,84 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,36 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Inflation : la grande distribution s'oppose à un projet de loi sur les prix des produits alimentaires

PIXABAY

"Des députés seraient désormais favorables à la hausse des prix ?" C'est le médiatique président du comité stratégique E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, qui a sonné la charge contre ce texte de loi visant à "sécuriser l'approvisionnement des Français en produits de grande consommation". Lundi auprès de l'AFP, le président des Mousquetaires/Intermarché Didier Duhaupand lui a emboîté le pas, dénonçant un "véritable scandale qui se prépare", avec un texte qui donne "tout pouvoir aux industriels" dans les négociations commerciales annuelles.

Portée par le député Renaissance du Val d'Oise Frédéric Descrozaille, cette proposition de loi doit être étudiée mercredi en commission des Affaires économiques, avant un examen en séance publique prévu la semaine du 16 janvier. L'un de ses objectifs est de rééquilibrer les relations commerciales entre fournisseurs et grandes surfaces, qui achètent leurs produits à des prix fixés à l'issue de négociations tendues. Or le texte, adopté en l'état, risque selon les distributeurs de faire grimper encore le prix des pâtes, des steaks ou des yaourts vendus ensuite en rayons. L'article qui suscite le plus de crispations vise à redéfinir la relation entre l'industriel et son client distributeur en l'absence d'accord au 1er mars, date-butoir de ces négociations.

Jusqu'ici, écrit le parlementaire, il était généralement considéré que les livraisons devaient se poursuivre "au prix de l'année précédente pendant une période de préavis de plusieurs mois", ce (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réseaux sociaux : les pistes du gouvernement pour encadrer l'activité des influenceurs
Noël Le Graët : son temps à la FFF est-il compté suite à ses propos sur Zinédine Zidane ? Suivez notre direct
Hydrogène : comment les Etats-Unis ont pris du retard sous les années Trump par rapport à l'Europe
Vendée : surendettée, cette veuve doit malgré tout rembourser à la CAF un trop-perçu de 1.200 euros
Royaume-Uni : une mission spatiale historique échoue à cause d'une "anomalie"