La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 653,75
    -285,29 (-1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Inflation, économie… “l’Allemagne est à la peine !”

Pixabay

Dans la rubrique ‘Macro Chartmania’ du jour, nous faisons le point sur l’état de santé de l’économie allemande. En 2019, nous écrivions que l’économie était structurellement condamnée à ralentir en raison du ralentissement de l’économie chinoise et du sous-investissement inquiétant dans le secteur des technologies de l’information et de communication. C’était avant la pandémie de 2020 et la crise énergétique de 2022. Il ne fait désormais quasiment plus aucun doute que l’Allemagne entrera en récession cette année.

Toutes les conditions sont réunies : inflation galopante et tenace, échec du modèle de croissance reposant sur l’énergie russe bon marché et sous-investissement critique dans la recherche et le développement. Nous ne prétendons pas que l’Allemagne va devenir le canard boiteux de l’Europe. Le pays a tout ce qu’il faut pour surmonter ces difficultés. Mais à court terme, ce sera à n’en pas douter une période difficile pour l’Allemagne et, de fait, pour le reste de la zone euro.

Le graphique ci-dessous explique en partie pourquoi ce n’est pas demain la veille que l’économie allemande sortira de l’ornière. Jusqu’à présent, le pays a réussi à éviter la récession technique. Cela s’explique par un rebond de la demande extérieure, qui reflète un rebond des exportations vers la Turquie et une stabilisation de la croissance des exportations vers le Royaume-Uni, deux partenaires commerciaux majeurs de l’Allemagne.

Toutefois, ce n’est qu’une question de temps avant que l’économie allemande (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L’euro plombé par la crise du gaz, la BCE peut-elle lui sauver la mise ? Le conseil Bourse
Pétrole : l'Opep+ réduit sa production pour la première fois depuis plus d'un an
Smartphones : Apple leader du marché aux États-Unis pour la première fois
La santé intégrative pour tous !
CAC 40 : la Bourse de Paris rouge vif, le géant du gaz Gazprom inquiète, le pétrole à surveiller