La bourse ferme dans 5 h 16 min
  • CAC 40

    5 978,34
    +184,19 (+3,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 449,55
    +107,38 (+3,21 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9893
    +0,0066 (+0,67 %)
     
  • Gold future

    1 717,10
    +15,10 (+0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    20 141,88
    +624,35 (+3,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    452,83
    +17,47 (+4,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,28
    +0,65 (+0,78 %)
     
  • DAX

    12 568,22
    +358,74 (+2,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 030,44
    +121,68 (+1,76 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1374
    +0,0054 (+0,48 %)
     

Haute-Loire : ils s'attaquent à une antenne relais 4G soupçonnée de nuire aux vaches

En Haute-Loire, pour s'opposer à une décision du Conseil d'Etat retoquant la désactivation d'une antenne relais 4G, des habitants d'un village ont saboté l'appareil qu'ils accusent de nuire à la production de lait.

Une action pour couper l'antenne relais 4G soupçonnée d'affecter la santé d'un troupeau de vaches en Haute-Loire a été menée jeudi au lendemain d'une décision du Conseil d'Etat annulant sa désactivation, a appris l'AFP auprès de l'éleveur concerné. "En fin de matinée, on a tombé le disjoncteur. On n'a rien cassé, on a simplement coupé car ce n'est plus tenable", a déclaré à l'AFP Frédéric Salgues, éleveur à Mazeyrat d'Allier, un village de Haute-Loire.

Plusieurs dizaines de personnes, dont le maire du village, étaient présentes en soutien à cette action destinée à voir si l'état des vaches s'améliore quand l'antenne est désactivée, a souligné l'éleveur. M. Salgues assure en effet que la santé de son bétail s'est détériorée et que la production de lait a chuté depuis l'installation de cette antenne 4G en juillet 2021, à environ 200 mètres de son exploitation. Il assure également avoir perdu une cinquantaine de bêtes sur 200.

Le tribunal de Clermont-Ferrand avait ordonné le 23 mai la désactivation de l'antenne pour deux mois, pour permettre la poursuite de l'expertise judiciaire. La décision donnait trois mois à l'État et aux opérateurs (Bouygues Télécom, Free, SFR et Orange) pour stopper son fonctionnement. Le Conseil d'Etat a annulé mercredi cette décision, relevant une "erreur de droit" et estimant que le tribunal administratif n'avait "pas caractérisé l'existence d'un péril grave". L'éleveur, lui, n'a aucun doute: "s'ils viennent la remettre en fonctionnement, on sera obligé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Royaume-Uni : le secteur de l'énergie appelle à des aides "rapides" pour les consommateurs
Les subventions accordées à la Fédération nationale des chasseurs en hausse de... 23.000 % depuis 2017
Vaccin Covid-19 : l'OMS recommande une 2e dose de rappel pour les personnes exposées
Inflation : l'Allemagne accorde une ristourne (temporaire) sur le gaz
Accusée d'avoir menti sur ses effectifs, une clinique ne peut plus réaliser d'opérations chirurgicales

VIDÉO - Son terrain est envahi par 200 caravanes et il ne peut rien faire