Publicité
La bourse ferme dans 6 h 26 min
  • CAC 40

    7 803,31
    -61,39 (-0,78 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 000,90
    -33,53 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    38 712,21
    -35,21 (-0,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0810
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 330,70
    -24,10 (-1,02 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 516,12
    +166,16 (+0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 423,74
    +10,78 (+0,76 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,03
    -0,47 (-0,60 %)
     
  • DAX

    18 485,77
    -145,09 (-0,78 %)
     
  • FTSE 100

    8 181,37
    -34,11 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 608,44
    +264,89 (+1,53 %)
     
  • S&P 500

    5 421,03
    +45,71 (+0,85 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • GBP/USD

    1,2797
    -0,0003 (-0,03 %)
     

Hapsatou Sy : endettée, l’ex-chroniqueuse placée en faillite personnelle

Ed Alcock pour Management

Le couperet vient de tomber, au grand dam de la «sérial entrepreneuse». Hapsatou Sy, ancienne chroniqueuse dans l’émission Le Grand 8 sur Canal+ puis dans Salut les terriens ! sur C8, a été placée en faillite personnelle. Comme le révèle l’Informé, il s’agit d’une décision du tribunal de commerce de Nanterre, datant du 23 février dernier, accompagnée d’une interdiction de gestion de société durant dix ans. Si, aux yeux du grand public, cette décision de justice semble étonnante, il y a fort à parier que la protagoniste n’a pas été surprise. En effet, sa société Résilience Productions, chargée d’encaisser ses nombreux cachets télévisuels, est en liquidation judiciaire depuis 2021 avec un passif lourd de 600 000 euros.

Selon la juridiction, relayée par nos confrères, l’ex-chroniqueuse a commis «de graves fautes de gestion», notamment «en ne tenant pas de comptabilité». Aussi, le tribunal de commerce reproche à Hapsatou Sy d’avoir «détourné tout ou partie de l’actif de Résilience Productions», en le cédant à l’une de ses autres sociétés, nommée Atypic Beauty World. Comme le relate l’Informé, le fisc a découvert bien d’autres ardoises de sa société de production : 40 000 euros de loyers impayés, 50 000 euros de cotisations Urssaf non réglées et près de 35 000 euros de dettes auprès de la société d’espaces de coworking Wojo.

Mais ses échecs financiers ne s’arrêtent pas là : Atypic Beauty World a également été condamnée à verser plus de 15 000 euros d’impayés à SFR en décembre 2023 ; (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : ce que l’on sait du nouveau variant «FLiRT» qui se répand en Europe
Bonus à la reprise d’emploi, les faiblesses du CPF… L'actu éco en 120 secondes
Dérivés du cannabis : ces nouveaux produits bientôt interdits en France
Les États-Unis accusent la Russie d’avoir laissé «une arme spatiale» en orbite
Flambée de la taxe foncière, l’indemnisation du chômage ciblée… L'actu éco en 120 secondes