La bourse ferme dans 3 h 40 min
  • CAC 40

    6 202,27
    +37,16 (+0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 968,00
    +27,54 (+0,70 %)
     
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • EUR/USD

    1,2011
    -0,0030 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 784,00
    +5,60 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    45 396,87
    -1 609,98 (-3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 239,71
    +5,29 (+0,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,79
    -0,88 (-1,40 %)
     
  • DAX

    15 153,97
    +24,46 (+0,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 890,70
    +30,83 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0015 (-0,10 %)
     

La gueule de bois des exportations de vins français

Par Arthur Frydman
·1 min de lecture
Covid-19, Brexit et taxes Trump. Le marché des vins et spiritueux français trinque comme le révèle le nouveau rapport de l’office agricole FranceAgrimer. 
Covid-19, Brexit et taxes Trump. Le marché des vins et spiritueux français trinque comme le révèle le nouveau rapport de l’office agricole FranceAgrimer.

En 2019, les exportations françaises de vins et spiritueux avaient atteint un niveau exceptionnel (+ 5,9 % sur un an). Aujourd'hui, l'heure est plutôt à l'inquiétude générale en France, premier pays exportateur en valeur au niveau mondial. Après cinq années de croissance continue, l'année 2020 et ce début 2021 sont marqués par une chute brutale de la valeur des bouteilles de vin françaises à l'export avec une baisse du prix moyen, en repli de 6 %, soit une perte sèche de plus d'un milliard d'euros.

En conséquence, les exportations boivent la tasse et accusent un net recul de 11 % en valeur, à 8,7 milliards d'euros. En volume également, les ventes de vins français à l'étranger dégringolent de près de 5 % comme le décrypte la dernière enquête de l'organisme public FranceAgrimer. Selon cette dernière, les volumes exportés atteignent un des niveaux les plus bas jamais observés sur le marché de ces quinze dernières années. Il faut remonter aux données de 2009, après la crise financière de 2008 pour retrouver des chiffes similaires. Du côté des importations, même constat. Elles ont elles aussi baissé, tant en valeur (- 11 %) qu'en volume (- 13 %). Un nouveau coup de semonce regrettable pour la filière viti-vinicole française.

À LIRE AUSSIEn Champagne, recréer de la biodiversité par la reforestation

Taxes américaines et pandémie : deux facteurs clés

Comme le décrypte le bilan dressé par FranceAgrimer, avant même l'apparition du virus, les exportateurs hexagonaux ont [...] Lire la suite