Publicité
La bourse ferme dans 7 h 54 min
  • CAC 40

    7 639,13
    -68,89 (-0,89 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,98
    -16,52 (-0,33 %)
     
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0719
    -0,0023 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    2 324,60
    +6,60 (+0,28 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 429,50
    -707,11 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 425,66
    +7,78 (+0,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,12
    -0,50 (-0,64 %)
     
  • DAX

    18 235,78
    -29,90 (-0,16 %)
     
  • FTSE 100

    8 162,71
    -0,96 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 978,76
    -133,87 (-0,74 %)
     
  • GBP/USD

    1,2726
    -0,0034 (-0,27 %)
     

Grève des contrôleurs aériens : attention, votre vol risque d'être annulé ce samedi

Pixabay

Une journée noire s'annonce dans le transport aérien. La direction générale de l'aviation civile a demandé, ce vendredi 24 mai, aux compagnies aériennes d'annuler préventivement 70% des vols à Paris-Orly ce samedi, en raison de l'appel à la grève ce week-end d'un des principaux syndicats de contrôleurs aériens, en désaccord avec un accord conclu le mois dernier. «Les opérateurs aériens doivent réduire leur programme de vols commerciaux pour la journée du 25 mai 2024 de 4h à 21h30 GMT de 70% (...) sur l'aéroport de Paris-Orly», selon une notice pour les missions aériennes (Notam) publiée par la DGAC.

Les vols à destination des outre-mers, nombreux au départ d'Orly, ne sont pas touchés par ces demandes d'abattements au nom de la «continuité territoriale», précise l'aviation civile. L'Unsa-Icna, deuxième syndicat représentatif des aiguilleurs du ciel (17% aux dernières élections professionnelles), a appelé à la grève pour réclamer des «effectifs adéquats», selon elle non garantis par un accord signé fin avril entre la DGAC et le principal syndicat des contrôleurs, le SNCTA (60% des voix). «Nos managers persistent, pour Orly, dans la pingrerie et les calculs d'apothicaires qui feront rapidement retomber les équipes en sous-effectif», a affirmé l'Unsa-Icna dans un tract.

Selon l'organisation syndicale, l'accord signé in extremis fin avril ne résout pas la question des «sous-effectifs» qui se profilent à Orly, selon elle, à l'horizon 2027. Cet accord sur des mesures d'accompagnement, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cette taxe voulue par le gouvernement pourrait faire grimper les prix des billets d'avion
Frichti : «On devait obéir à des ordres», 150 livreurs saisissent la justice pour travail dissimulé
JO 2024 : des milliers d'offres d'emploi à saisir à moins de 100 jours de la cérémonie d'ouverture
Réforme de l’audiovisuel public : qu’est-ce que ça change pour les téléspectateurs ?
Messi et Piqué ont-ils été impliqués dans des détournements de fonds de l’UEFA ?