Publicité
La bourse ferme dans 5 h 11 min
  • CAC 40

    7 984,07
    -73,73 (-0,92 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 994,16
    -36,19 (-0,72 %)
     
  • Dow Jones

    38 852,86
    -216,74 (-0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,0848
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    2 345,00
    -11,50 (-0,49 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 607,83
    -822,43 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 460,65
    -24,05 (-1,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,58
    +0,75 (+0,94 %)
     
  • DAX

    18 556,57
    -121,30 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    8 223,60
    -30,58 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    17 019,88
    +99,08 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    5 306,04
    +1,32 (+0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,2752
    -0,0019 (-0,15 %)
     

Le gouvernement menace de donner le nom des marques qui refusent de dégonfler les prix en supermarché

Pexels

Le "name and shame", ou stratégie de dernier recours. Le Gouvernement veut pousser à la réouverture des négociations entre les industriels de l'agroalimentaire et la grande distribution pour faire baisser les prix dans les supermarchés. "Si jamais ce n'est pas le cas dans les semaines qui viennent et qu'on remarque que des industriels [...] ne font pas d'effort", le Gouvernement a assuré qu'il n'hésiterait pas à avoir recours au "name and shame", autrement dit à la technique du "nommer et embarrasser", selon la ministre déléguée au Commerce, Olivia Grégoire. "On dira aux Français que telle ou telle marque ne veut pas négocier les prix à la baisse. Je ne suis pas sûre que ça fasse de la pub" aux marques citées a prévenu la ministre au micro de RTL ce mercredi 10 mai.

L'inflation alimentaire ne cesse d'augmenter. En avril, elle a connu une hausse de 17 % sur un an. C'est pourquoi, le Gouvernement souhaite accroître le pouvoir d'achat des Français. Début avril déjà, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, et sa ministre déléguée au Commerce, avaient envoyé un courrier aux industriels pour les inviter à se remettre autour de la table des négociations avec les distributeurs. Ensemble, Bercy veut qu'ils revoient à la baisse les prix des produits vendus en magasins.

Le président de l'Association nationale des industries alimentaires (ANIA), Jean-Philippe André, est d'accord sur le principe. Il estime simplement que le timing n'est pas le bon. "L’inflation est un poison pour tout le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La simple menace d'un défaut sur la dette des Etats-Unis risque de plomber l'économie, Janet Yellen tire la sonnette d'alarme
Les maisons d'arrêt "débordent" et le gouvernement "détourne le regard", dénonce la contrôleure des prisons
Le nouveau plan de Pap Ndiaye pour renforcer la mixité sociale et scolaires dans les écoles
Le nouveau plan contre la fraude fiscale pas assez ambitieux ? Le bonus écologique va-t-il être rogné ? Le flash éco du jour
Attractivité de la France : "le taux de chômage élevé est un avantage" pour les investisseurs étrangers