Publicité
La bourse ferme dans 6 h 54 min
  • CAC 40

    7 615,49
    -13,31 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 908,17
    -7,30 (-0,15 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0743
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    2 348,60
    +1,70 (+0,07 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 696,12
    -393,17 (-0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 385,86
    +48,10 (+3,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,13
    -0,44 (-0,54 %)
     
  • DAX

    18 106,33
    -25,64 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    8 180,00
    -11,29 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2731
    +0,0022 (+0,17 %)
     

Le gel du taux du Livret A dénoncé devant le Conseil d’État

HJBC/Getty Images

C'est désormais une certitude : le taux du Livret A est maintenu à 3 %. Malgré une inflation à 4,3 % au mois de juillet, le gouvernement, avec l'appui de la Banque de France, a décidé de ne pas revaloriser son taux, qui était passé le 1er février de 2 à 3 %. Dans le même temps, le ministre de l'Économie a confirmé que ce taux ne serait pas non plus revalorisé avant janvier 2025. C'est, selon le gouverneur de la Banque de France, une "promesse en faveur de l'épargnant". Pourquoi ? Car pour François Villeroy de Galhau, l'inflation pourrait baisser à 2,5 % en 2024, et même 2 % en 2025. Selon lui, cela aurait dû faire baisser le taux du livret A qui est révisé normalement chaque 1er février et 1er août.

Comme le rappelle MoneyVox, la Banque de France a voulu, en bloquant ce taux du Livret A à 3 %, éviter de "passer par une période de rendements volatils" de ce livret d'épargne. Selon l'institution bancaire, une hausse du taux du Livret A aurait pu avoir des répercussions sur l'activité économique dans le pays, puisque son taux est "un élément central du financement de l'économie française, particulièrement celui du logement social et de la politique de la ville". Un taux trop élevé serait d'ailleurs "préjudiciable" à l'activité économique "et à la croissance".

Pas de quoi convaincre Paul Cassia, membre du Conseil d'administration d'Anticor, mais aussi professeur en droit public à l'université Panthéon-Sorbonne, qui a décidé de déposer un recours devant le Conseil d'État. "J'ai saisi (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite