La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 697,29
    -249,81 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    11 068,67
    -171,26 (-1,52 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0512
    +0,0014 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 186,89
    -184,78 (-1,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,25
    -0,55 (-0,14 %)
     
  • S&P 500

    3 953,03
    -45,81 (-1,15 %)
     

La France admet que sa cybersécurité est « encore trop fragile »

France
France

La revue nationale stratégique fait de la résilience cyber un objectif de tout premier ordre, au même titre que la dissuasion nucléaire. Elle constate que le niveau de sécurité dans les services publics est encore trop bas. Les nombreuses attaques chroniquées dans la presse en témoignent.

Augmenter significativement le niveau de résilience des services publics face aux menaces cyber. Voilà l’un des grands axes tracés dans la revue nationale stratégique de 2022, rendue publique le 9 novembre à l’occasion d’un discours du chef de l’État à Toulon. Ce document vise à orienter les réflexions en prévision de la future loi de programmation militaire pour 2024-2030.

Un objectif stratégique de la France

La faculté de pouvoir tenir face à des actions malveillantes dans le domaine informatique constitue d’ailleurs l’un des dix objectifs stratégiques dans le champ de la défense et de la sécurité nationales. Il figure à côté des priorités habituelles comme la dissuasion nucléaire, l’alliance transatlantique (OTAN) et l’autonomie d’appréciation et de décision.

La prise en compte du phénomène cyber n’est pas neuve. Les bases de la politique du pays en matière de cyberdéfense ont été posées officiellement en 2008, lors de la rédaction du livre blanc sur la défense et la sécurité nationale. Elle est devenue une priorité en 2012 et la doctrine a continué d’évoluer, notamment avec la « lutte informatique offensive ».

hôpital
hôpital

[Lire la suite]