Publicité
La bourse ferme dans 6 h 14 min
  • CAC 40

    8 092,77
    +0,66 (+0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 038,22
    +13,05 (+0,26 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0012 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    2 363,00
    -29,90 (-1,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 358,12
    -138,93 (-0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 498,96
    -3,70 (-0,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,67
    +0,10 (+0,13 %)
     
  • DAX

    18 694,88
    +14,68 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    8 357,19
    -13,14 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2710
    -0,0010 (-0,07 %)
     

Dette : Moody’s et Fitch maintiennent la note de la France

Moody's et Fitch ont maintenu vendredi la notation de la dette de la France.  - Credit:Bruno Levesque / MAXPPP / IP3 PRESS
Moody's et Fitch ont maintenu vendredi la notation de la dette de la France. - Credit:Bruno Levesque / MAXPPP / IP3 PRESS

Soulagement dans les couloirs de Bercy. L'agence de notation Moody's a maintenu vendredi la note souveraine de la France, au niveau Aa2 avec perspective stable. De son côté Fitch, qui avait dégradé l'année dernière la note souveraine de la France, l'a elle aussi laissée inchangée vendredi soir, au niveau AA- avec perspective stable.

Dans un communiqué, Bruno Le Maire a déclaré prendre « note » de la décision des deux agences de notation Moody's et Fitch de maintenir inchangées leurs notations. « Cette décision doit nous inviter à redoubler de détermination pour rétablir nos finances publiques et tenir l'objectif fixé par le président de la République : être sous les 3 % de déficit en 2027 », a ajouté le ministre de l'Économie et des Finances dans un communiqué.

À LIRE AUSSI La charge de la dette bientôt plus lourde que le budget de l'Éducation nationaleLe récent dérapage des finances publiques laissait craindre le pire. Fin mars, l'Insee a réévalué le déficit public à 5,5 % du PIB pour 2023, au lieu des 4,9 % initialement prévus. Mi-février, le ministre de l'Économie a été contraint d'abaisser ses prévisions de croissance, à 1 % pour 2024 contre 1,4 % prévu. En mars, l'agence de notation Moody's a jugé « improbable » que la France parvienne à réduire son déficit public à 2,7 % d'ici à 2027.