Publicité
Marchés français ouverture 6 h 1 min
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    37 757,72
    -799,15 (-2,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,0799
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 531,74
    -819,86 (-1,29 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,51
    -31,18 (-2,10 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

François Pinault, Jacques Dessange, Christian Estrosi… ils ont réussi sans le bac

STEPHANE DE SAKUTINAFP

«Notre père nous a toujours dit que les études étaient importantes, que s’il en avait fait, il serait allé plus vite». Ce sont les confidences du fils de François Pinault, François-Henri Pinault, aux journalistes Raphaëlle Bacqué et Vanessa Schneider dans leur livre Successions : L’argent, le sang et les armes (2022), une grande enquête sur les plus grandes fortunes françaises. Tout comme François Pinault, d'autres anciens grands patrons ou hommes politiques ont bâti leur carrière sans obtenir leur baccalauréat.

François Pinault a quitté le système scolaire à l’âge de 16 ans, après avoir été pensionnaire du lycée Saint-Martin à Rennes, sans passer son baccalauréat, relatent Raphaëlle Bacqué et Vanessa Schneider dans leur livre. Cela n’a pas empêché l’homme d’affaires de bâtir le groupe de luxe Kering (comprenant Gucci, Saint-Laurent, Balenciaga ou encore Bottega Veneta) à partir de l’entreprise de bois qu’il a rachetée à son beau-père en 1962. En 2023, il a transmis les rênes de son empire à son fils en 2003, François-Henri Pinault, cadet d’une fratrie de trois enfants.

C’est aussi sans avoir obtenu le baccalauréat que le fondateur d'Auchan Gérard Mulliez a su diversifier l’entreprise de laine de son grand-père pendant Les Trente Glorieuses, racontent Raphaëlle Bacqué et Vanessa Schneider. Et c’est avec seulement un certificat d’études en poche que le coiffeur mondialement connu Jacques Dessange a tenté sa chance dans les salons de coiffure parisiens à 20 ans, précise le groupe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«Le dollar a le vent en poupe, il est difficile d’être optimiste pour l’euro»
Xavier Niel : comment le patron de Free a recruté Aude Durand, son bras droit
L’Oréal dopé par les marques La Roche-Posay et Vichy, mais des défis dans le luxe
CAC 40 : la Bourse de Paris dans le rouge, regain de craintes géopolitiques
Le spécialiste de la livraison de courses à domicile Flink va être liquidé