Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 653,37
    +38,35 (+0,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 483,32
    +15,22 (+1,04 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Fleur Pellerin : «Alignons nos intérêts sur ceux de la planète»

Ed Alcock / MYOP pour Capital

Je suis issue d’une génération qui a sans doute tardé à ouvrir les yeux sur l’urgence climatique. Pour celles et ceux qui, comme moi, sont nés dans les années 1970, la voiture et l’avion étaient synonymes de liberté et de découverte. Des fraises et des courgettes, même en hiver ? La possibilité de manger varié et équilibré, toute l’année ? De la viande à tous les repas ? Une revanche sur les privations de la guerre que nos parents ou nos grands-parents avaient connues.

Ces progrès ont été rendus possibles grâce à une énergie abondante et peu chère. Même si nous commencions à être conscients du coût écologique de cette abondance, nous l’avons accueillie sans culpabilité.

Or, lorsque j’observe le comportement de consommation de mes enfants, qui ont 19, 22 et 25 ans, je réalise l’écart qui s’est creusé en l’espace d’une vingtaine d’années : ils n’ont pas le permis de conduire, ne consomment plus de viande, et ne prennent l’avion que s’ils y sont obligés, pour des raisons liées à leurs études, par exemple. Bien sûr, on m’objectera qu’ils peuvent se le permettre. Mais ils ont l’immense mérite de mettre en cohérence leur mode de vie avec leurs valeurs et leurs convictions. En les regardant vivre, j’ai réfléchi à la manière dont je pouvais contribuer, en dehors de la sphère publique que j’ai quittée, à la réévaluation de nos choix de consommation pour répondre à l’urgence écologique.

Au travers des fonds de Korelya dédiés à la technologie, nous soutenons de nouveaux business models qui (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé : le premier patient à avoir reçu une greffe de rein de porc est décédé deux mois après l’opération
Assurance chômage : le gouvernement s’apprête à dévoiler les nouvelles règles de la réforme
Pfizer et AstraZeneca vont investir près d’un milliard de dollars en France
Arthur vs Nespresso : la «guerre des dosettes» n’est pas terminée
Une startup suisse planche sur des drones tueurs autonomes pour l'Ukraine